Il était Diego Armando Maradona, légende du football

Panoramic

Ce mercredi, Clarin a annoncé la mort de Diego Armando Maradona à 60 ans d'un arrêt cardiaque. En tant que joueur, il ne manquait pas d'ambition et c'est peu de le dire. Dès l'âge de 12 ans, il avait clamé son rêve de disputer et gagner la Coupe du Monde sous le maillot de l'Argentine. "J'ai deux rêves : disputer la Coupe du monde et la gagner".




Quelques années plus tard, au Mexique, en 1986, sous le maillot de la sélection Albiceleste, il se montra à la hauteur de ses rêves. Dans un Mondial qui a vu l'équipe de France proposer un jeu attrayant, la figure de Maradona s'est élevée au-dessus du reste. Alors âgé de 25 ans, le numéro 10 a marqué les esprits comme rarement dans une compétition d'une telle magnitude. En demi-finales, contre l'Angleterre, il a inscrit le "but du siècle". Avant cela, il y avait eu, d'abord, la "Main de Dieu", selon ses propres mots, en s'envolant devant le gardien anglais pour propulser le ballon au fond des filets. Puis ensuite, le chef-d’œuvre : partant de sa moitié de terrain, il se joua de six opposants avant de dribbler le gardien et marquer.



En finale du tournoi devant 115.000 spectateurs, la RFA n'a pas pu résister au talent de la sélection menée par Maradona : victoire 3-2 de l'Albiceleste avec une passe décisive du 10 destinée à Burruchaga pour le but de la consécration finale. Dans le tournoi, son bilan a été éloquent : cinq buts et six passes décisives. Idole en Argentine, il l'a aussi été à Naples. Transféré en Italie en provenance du FC Barcelone pour la somme de 7,5 millions de dollars en 1984, il s'y est érigé comme un joueur d'une dimension irréelle dans le sud de l'Italie. Avec lui, Naples a su garnir son palmarès et jouir de l'ivresse de la victoire comme jamais dans son histoire : un doublé Coupe-Championnat en 1987, une Coupe de l'UEFA en 1989 et un nouveau Scudetto en 1990, avant de quitter le club en 1991. La relation entre Maradona et Naples a été fusionnelle, aujourd'hui encore, il est considéré comme un véritable dieu. Passé par le FC Séville également (1992-1993) après son séjour à Naples, Maradona y marquera 8 buts en 29 matchs.

Une image de dieu sur le terrain, mais vulnérable face aux drogues


Son début de carrière s'était déroulé dans son pays en Argentine, avec l'image, déjà, d'un surdoué, un futur élu dans le domaine du football. Sous les maillots d'Argentinos Juniors (1976-1981) et de Boca Juniors (1981-1982), Maradona a offert une partie de son talent. Alors âgé de 21 ans, il a été sacré champion sous la tunique légendaire de Boca Juniors.

Dans sa carrière, Maradona a aussi dû composer avec la gloire, démesurée, et les tentations. Face aux drogues, un élément qu'il n'a pas su, ou voulu, contrôler, comme c'était le cas du ballon. Contrôlé positif à la cocaïne après un match joué avec Naples à Bari, en mars 1991, il a été suspendu durant 15 mois avant d'être en prison avec sursis pour une durée de 14 mois en raison de possession de drogue. Son déclin sportif, en 1990, a été suivi par un nouveau contrôle positif, quatre ans plus tard, à plusieurs types d'éphédrine, lors de la Coupe du Monde 1994, disputée aux États-Unis.


Clairement dépendant, il s'est signalé par un comportement violent sur le terrain. Marqué jusqu'à l'excès par ses adversaires - comme l'Italien Claudio Gentile, lors du Mondial 1982) - il a parfois craqué. Dans les colonnes de l'Equipe, Gentile dira de Maradona : "S’il était une star un peu comme Messi aujourd’hui ? Non, c'était beaucoup plus que ça ! Il jouait pour l'équipe championne du monde et lui, c'était la cerise sur le gâteau". Le 5 mai 1984, Maradona avait provoqué une bagarre lors de la finale perdue par le Barça contre l'Athlétic Bilbao (1-0). L'Argentin, sous pression constante d'Andoni Goikoetxea, connu comme le "boucher de Bilbao", il avait asséné un violent coup de pied après le coup de sifflet final. En résultera une sanction nette : 3 mois d'interdiction de football en Espagne. Après cela, Maradona pris la direction de Naples pour y écrire sa légende.

Durant un temps, il a été sélectionneur de l'Argentine, dirigeant notamment celui considéré comme son héritier, Lionel Messi. Au Mondial 2010 en Afrique du Sud, l'Albiceleste a été découpée par l'Allemagne en quart de finales du tournoi (4-0). Lors de la fin de sa carrière, Maradona s'est surtout signalé par des problèmes de santé, et n'a jamais été, en tant que sélectionneur ou entraîneur, à la hauteur de son passé en tant que joueur. Il était le coach, notamment, du Gimnasia la Plata, en Argentine.