Ligue des Champions - Real Madrid : Varane, un cauchemar éveillé

Reuters

Bras croisés, costume tout droit issu de la série Peaky Blinders, Sergio Ramos n’en croyait pas ses yeux dans les tribunes vides de l’Etihad Stadium… Son si fidèle compère de la défense centrale du Real Madrid a sombré sans qu’il ne puisse rien y faire. Suspendu pour le 8ème de finale retour à Manchester City, le capitaine du Real Madrid a vu Raphaël Varane craquer à deux reprises. Deux erreurs qui ont couté deux buts et la qualification de son équipe pour le Final 8 de Lisbonne. Cela a commencé à la 9ème minute de jeu avec un ballon cafouillé dans sa propre surface et un Gabriel Jesus qui ne s’est pas fait prier pour lui subtiliser la balle et offrir à Raheem Sterling un caviar (1-0). Alors que le Real était revenu au score (1-1), l’international français a mis un terme au suspense à la 68ème minute (1-2). Après avoir manqué une première tête, l’ancien Lensois a opté pour la tête en retrait vers Thibaut Courtois. Sauf que, encore une fois, Gabriel Jesus avait tout lu et a pu devancer la sortie du gardien belge.

 

Cela faisait bien longtemps que l’on n’avait pas vu Raphaël Varane autant en difficulté. Et il a bien mal choisi son moment car il clôt sa saison par une prestation catastrophique. Un constat qu’il n’a pas du tout cherché à nier après la rencontre. « Cette défaite est pour moi, je dois l’assumer, a-t-il clamé sur Movistar+. Je suis triste pour mes coéquipiers, qui ont fait beaucoup d’efforts. Les erreurs se paient très cher à ce niveau de compétition. On a tout donné sur le terrain mais, parfois, on peut échouer. Aujourd’hui, j’ai échoué et je dois l’assumer. Je n’ai pas d’explications pour ces erreurs. C’est une soirée compliquée pour moi. Je dois assumer mon rôle dans les bons comme dans les mauvais moments (…). Ça ne m’est pas arrivé souvent dans ma carrière… On fait des erreurs partout, mais il y a des zones où elles se paient plus cher. Il faut avoir du caractère pour revenir plus fort, mais ça va être une nuit compliquée. »

Personne n'accable Varane

Evidemment très déçu par la tournure des événements après un sacre en Liga, Zinédine Zidane n’a logiquement pas souhaité enfoncer son joueur : « Je suis très fier de mon équipe. On a tout donné sur le terrain. Il faut dire à Varane qu'il garde la tête haute. Je garde 95% de positif de tous les joueurs cette année. C'était spectaculaire. » Titulaire discret, Rodrygo a lui aussi souhaité défendre son coéquipier : « C’est une chose normale qui peut nous arriver à tous, a réagi le Brésilien. C'est difficile ce qui s'est produit avec Rafa mais c'est un grand joueur qui nous a donné beaucoup de joies et nous ne devons charger personne pour ce qui s'est passé ici. » Même la presse espagnole dans ses gros titres n’a pas été trop acerbe envers le Tricolore : « Deux cadeaux et à la maison » pour Marca, « Effondrés » pour As, « KO Real » pour le Mundo Deportivo. Une bonne manière de rappeler que Varane est loin d’être coutumier du fait. Même si cela ne rendra pas ses vacances d’été moins amères… 

Zidane : “Il faut accepter de perdre”