La Liga : Tout n’est pas fini pour ce Barça

Reuters

Parce que le Barça reste le Barça. S’il semblait perdu dans la course au titre en Espagne, le club blaugrana remonte remarquablement la pente depuis bientôt trois semaines. Eparpillée façon puzzle au Camp Nou par le Paris Saint-Germain en huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions (1-4), la formation catalane tente coûte que coûte de rassembler ses morceaux. Et tant pis si cela doit passer par la mise à l’écart d’Antoine Griezmann, condamné au banc de touche lors des trois dernières rencontres.

Au revoir le 4-3-3, bonjour le 3-5-2 ?

Incontournable dans l’esprit de Ronaldo Koeman jusque-là, le Français a fait les frais du changement tactique opéré par le coach néerlandais. Emblématique en Catalogne, le 4-3-3 a fait place au 3-5-2 dans la composition du Barça. Un changement de système censé apporter plus de solidité à l’assise défensive, et utilisé lors de la double confrontation contre Séville en championnat (0-2) et en Coupe du Roi (3-0). Deux matchs, cinq buts marqués, zéro encaissé : la recette a fonctionné pour le club azulgrana, qualifié pour la finale d’une Copa del Rey qu'il jouera contre l’Athletic Bilbao.

Mettre la pression sur le duo de Madrid

De cette remontada contre Séville est née un espoir dans les esprits catalans : et si l’équipe de Lionel Messi parvenait, encore, à surmonter son déficit contre le PSG ? Attention à ne pas mettre la charrue avant les boeufs. Avant de rêver d'une nouvelle remontada, le Barça doit dès ce samedi poursuivre son opération réhabilitation à Osasuna (21h - beIN SPORTS 1). Face à l’actuel 12ème du classement, Barcelone détient une superbe occasion de mettre une grosse pression sur l’Atlético et le Real Madrid, qui s’affrontent dimanche dans le derby (16h15 - beIN SPORTS 1). Revenus à cinq longueurs des Colchoneros (mais avec un match en plus), les Blaugrana tiennent l’opportunité de se rapprocher un peu plus de la tête et d’entrevoir peut-être un 27ème titre de champion. En plein Barçagate, c’est une bouffée d’air frais inestimable. Avant encore mieux ?


>