Wimbledon: Federer, le vertige d'une dernière fois ?

AFP

"Celle-là, il va la sentir pendant longtemps"... Les mots de Boris Becker au micro de la BBC dimanche soir résument bien ce que la plupart des spécialistes ont pensé dimanche soir. Être passé aussi près d'un 9e sacre à Londres et d'un 21e Grand Chelem, face à un Novak Djokovic qui avait pourtant laissé la porte entrouverte, pourrait laisser des traces.
                  
. Federer fébrile

La feuille de match de cette finale regorge de statistiques en faveur du Suisse: il a signé 94 coups gagnants contre 54 pour Djokovic. Il a aussi marqué plus de points (218 contre 204), et plus de jeux (36 contre 32). Si on y ajoute ses deux balles de matches dans le 5e set à 8-7 sur son service, la liste est longue. Des chiffres qui surlignent cette incongruité: il n'aurait pas dû perdre. Et la question de savoir où et comment ce match lui a échappé va peut-être lui trotter un peu dans la tête.

"Cela a dû se jouer à un coup, je ne sais pas lequel. Choisissez. Je ne sais pas où je perds le match, sur un service ou sur un coup droit. Je n'ai même pas envie de prendre ce virage-là", a-t-il lâché dimanche en conférence de presse.

Mats Wilander, ex N.1 mondial (1988), lui a déjà donné sa réponse. "A 8-7 40-15, il n'aurait jamais dû servir fort au centre. Sur la première balle de match il aurait dû servir slicé sur le coup droit. C'est la base, servir sur la faiblesse de l'adversaire", a écrit le Suédois aux sept Grands Chelems dans sa chronique à L'Equipe.

Il va d'ailleurs un peu plus loin dans la critique tactique. "En fait Federer paie les années 2004-2007 où il dominait tellement ses rivaux qu'il n'avait jamais à disputer un point important. (...) C'était trop facile pour lui. (...) Aujourd'hui face à des gars comme Nadal et Djokovic, qui sont les maîtres en la matière, il ne joue pas correctement les points importants."

Federer a d'ailleurs perdu ses deux derniers matches à Wimbledon en ayant eu des balles de match (une face à Kevin Anderson en 2018 en quart de finale).
                  
. Federer encore vert

Il y a aussi ce que l'on peut désormais appeler le complexe Djokovic. Federer a encaissé dimanche sa 5e défaite consécutive face au Serbe dans un tournoi du Grand Chelem. Il n'a plus gagné depuis quatre ans contre Djokovic: sa dernière victoire remonte au Masters 2015 à Londres, dans un match de poules.

La dernière fois que Federer a gagné face au Serbe en Grand Chelem remonte à 2012, à Wimbledon. Et il n'a plus gagné de finale de Majeur face au N.1 mondial depuis... 12 ans.

Le Maître, qui n'a donc plus remporté de Grand Chelem depuis un an et demi, n'a plus la clé pour battre Djokovic. 

Mais tout cela ne doit pas masquer l'extraordinaire chez Federer qui a aussi prouvé qu'il était encore compétitif. Il a battu Nadal en demi-finale et frôlé la victoire face à Djokovic. Sa vitesse de déplacement, entre autres, fait encore saliver d'envie la Next Gen. Et ce n'est pas le premier coup dur de sa carrière. "Je vais essayer de l'oublier", a répondu avec humour le Suisse au moment de la remise des prix quand son intervieweuse a évoqué une finale "inoubliable".

"Ça fait mal comme chaque défaite à Wimbledon. Mais je suis assez fort pour rebondir, et je ne veux pas être déprimé à cause d'un match de tennis incroyable", a assuré Federer.