Espagne/27e journée: dernier rodage abouti pour le Real avant Paris

Reuters

 

Pas de pépins et pas de frayeurs! L'équipe de Zinédine Zidane a maîtrisé son sujet au stade Santiago-Bernabeu grâce à Gareth Bale (24e) puis Ronaldo (45e, 78e), auteur de ses 300e et 301e buts en Liga. Et peu importe si son adversaire de la banlieue sud de Madrid, réduit à dix avec l'exclusion méritée de Loïc Rémy (47e), avait un peu entretenu l'incertitude en marquant sur penalty par Portillo (66e).

Au classement de Liga, le Real Madrid (3e, 54 pts) conforte sa place sur le podium alors que les deux premiers, Barcelone (1er, 66 pts) et l'Atlético (2e, 61 pts) s'affrontent dimanche après-midi.

Ce succès donnera toute confiance au Real, double tenant de la Ligue des champions, avant de défier mardi le PSG en huitièmes retour de C1 pour défendre son avantage acquis à l'aller à Madrid (3-1).

Mis à part les doutes qui entourent toujours les blessés Luka Modric (cuisse) et Toni Kroos (genou), absents samedi, tous les voyants semblent au vert côté madrilène. 
                  
Bale et Benzema se montrent                 
                  
Pour cette ultime répétition générale, Zidane avait de toute façon choisi de préserver au maximum son effectif: le latéral brésilien Marcelo, de retour de blessure, a joué seulement les 20 dernières minutes, avec une passe décisive pour Ronaldo, et le défenseur français Raphaël Varane et le milieu croate Mateo Kovacic étaient également remplaçants. Trois probables titulaires mardi à Paris...

En revanche, le trio offensif "BBC" (Bale-Benzema-Cristiano Ronaldo) a été aligné d'entrée avec le retour de Ronaldo, ménagé mardi lors de la défaite frustrante concédée sur le terrain de l'Espanyol Barcelone (1-0).

Bale, médiocre contre l'Espanyol, a tout fait pour instiller le doute dans l'esprit de son entraîneur: il a ouvert le score sur un tir en pivot dans la surface après un centre de Benzema mal repoussé par la défense (24e) et il a également trouvé le poteau (90e+1). De quoi fêter en beauté le fait d'être devenu samedi le joueur britannique ayant disputé le plus de matches dans l'histoire de la Liga (117 au total), devant l'ex-star madrilène David Beckham (116).

Benzema non plus n'a pas démérité puisqu'il est également impliqué sur le second but avec une merveilleuse petite passe au coeur de la défense pour Ronaldo, buteur d'un tir rasant (45e).
                  
Ronaldo en finisseur                  
                  
En seconde période, les choses ne se sont pas arrangées pour Getafe avec l'exclusion méritée de Rémy pour un coup à la gorge de Nacho (47e). C'était trop pour les "Azulones", même si Portillo (66e) a réduit le score sur un penalty provoqué par Nacho.

Ronaldo, de son côté, continue de montrer son meilleur visage: celui du finisseur.

Ses buts samedi sont les 15e et 16e cette saison en Liga. Cela fait donc 14 buts sur les huit dernières rencontres toutes compétitions confondues pour le quintuple Ballon d'Or portugais.

Ronaldo aurait pu faire mouche aussi sur une tête piquée entre les jambes du gardien (67e), une action annulée par l'arbitre peut-être en raison d'une faute préalable, ou sur une reprise à bout portant sauvée par le gardien adverse (68e). Mais il a fini par doubler la mise de la tête sur un centre de Marcelo (78e). 

Et, signe que Zidane craignait un scénario façon Neymar, gravement blessé le week-end dernier, le Portugais a été aussitôt remplacé pour éviter tout problème. 

Le Bernabeu en a profité pour scander son nom, puis le public merengue a repris en coeur un air bien connu du club douze fois vainqueur de la C1: "Rois de l'Europe, nous sommes les rois de l'Europe"... Un avertissement très clair à l'intention du PSG.