Euro: Sterling, le coeur de lion de l'Angleterre

Panoramic

Alors que l'Angleterre butait sur la défense danoise en prolongation de la demi-finale mercredi à Wembley (2-1), Sterling a pris, comme souvent, ses responsabilités. Il est entré pour la énième fois dans la surface et a fait la différence en obtenant un penalty controversé et transformé en deux temps par Harry Kane. Pris en tenaille entre Joakim Maehle et Mathias Jensen, le premier touchant son genou droit et l'autre sa hanche gauche, Sterling a subi deux contacts jugés suffisants par l'arbitre néerlandais Danny Makkelie pour désigner le point de penalty.

L'Angleterre, qui se réveille jeudi pour la première fois depuis 55 ans dans la peau d'un finaliste de compétition majeure, sait ce qu'elle doit au joueur de Manchester City. "Il est le meilleur Anglais et de loin" dans ce tournoi, a tranché sans hésiter Jamie Carragher, l'ancien de Liverpool, à la télévision anglaise. Auteur de trois buts depuis le début de la compétition - l'égalisation contre le Danemark a été attribuée à Simon Kjaer contre son camp, mais sous la pression immédiate de Sterling qui pouvait marquer - ainsi que d'une passe décisive pour l'ouverture du score de Kane en quart contre l'Ukraine, il a étalé toute sa palette d'ailier-buteur.

A l'ombre de Wembley

"Avec Harry Kane qui joue plus bas, il faut des joueurs qui font des appels dans le dos, qui ont la vitesse", a poursuivi Carragher, soulignant la complémentarité des deux joueurs qui pourraient bien être coéquipiers chez les Citizens la saison prochaine. Le sélectionneur Gareth Southgate aussi a loué la capacité des joueurs de sa ligne d'attaque à "venir entre les lignes ou jouer des un-contre-un sur les ailes" avec une égale réussite.

Face aux Danois, révélations du tournoi, Sterling a aussi été bien aidé par le bon match de Bukayo Saka sur la droite, qui a permis à l'Angleterre de moins pencher à gauche que d'habitude. Saka, qui avait centré sur l'égalisation après une ouverture lumineuse de Kane, avait lancé parfaitement Kane quelques secondes plus tôt, mais Kasper Schmeichel s'était brillamment interposé devant Sterling à la réception du centre. Gamin de la circonscription londonienne de Ealing, voisine de celle de Brent où se trouve Wembley, Saka a aussi presque grandi à l'ombre du stade prestigieux, tout comme Sterling.

Saka, son pendant à droite 

A 19 ans et 305 jours, il est devenu le plus jeune international anglais à participer à un match du dernier carré d'une grande compétition, alors que la place à droite semblait promise à Phil Foden, Marcus Rashford ou Jadon Sancho. Face à ces pensionnaires de Manchester City, United ou Dortmund, Saka, qui a connu une nouvelle saison décevante sur un plan collectif avec Arsenal, semblait là pour faire le nombre et apprendre. 

Mais par son volume de jeu, sa polyvalence - il peut jouer à presque tous les postes du milieu et en attaque comme en défense sur les ailes - il se révèle le pendant parfait de Sterling, qui rester l'atout offensif numéro un des Three Lions, dimanche.  "S'il arrive à attirer (les défenseurs centraux italiens) hors de leur position - on a vu comment l'Espagne a marqué en obligeant (Giorgio) Chiellini à sortir -, il sera la clé" de ce match, a même déjà pronostiqué l'ancien Red Devil Gary Neville, jeudi.


>