Capocannionere : six prétendants pour une couronne

Panoramic

Elle attise les convoitises, suscite l’intérêt et ne sacre que le plus racé de ses prétendants. La couronne de capocannionere, synonyme de titre de meilleur buteur du championnat d’Italie est très convoitée et reflète un réel talent pour celui qui la remporte. Cette saison, ce titre est très disputé. Six valeureux prétendants vont encore croiser le fer à 10 reprises pour succéder, entre autres, à Trezeguet, Del Piero, Crespo, Schevchenko ou encore Totti.

Gonzalo Higuain, le tenant du titre (19 buts en 28 matchs)

Le meilleur attaquant de Série A l’année dernière, c’était lui. 36 buts sur la saison, sous le maillot du Napoli, un titre de meilleur buteur et un transfert cet été pour plus de 90 millions d’euros. Cette saison, ce n’est pas en championnat que l’on attend Gonzalo, mais bel et bien en Ligue des Champions. Cependant, Pipita ne compte pas laisser filer son titre comme ça. Ses 19 buts dans ce championnat le placent au pied du podium des buteurs.

Réputé pour ne pas être décisif dans les grands matchs, l’Argentin a grandement aidé la Juventus à se retrouver en tête de la Série A. D'ici la fin du championnat, il marquera encore des buts décisifs pour permettre à son club de remporter une nouvelle fois le championnat. L’Argentin reste sur 9 buts lors des 13 dernières journées de Série A et espère continuer pour rentrer dans l’histoire du club turinois : « je me sens heureux à la Juve, je veux entrer dans l’histoire. Jouer avec les meilleurs te rend plus fortAvant d’entrer sur le terrain, tu vois les photos de Platini, Baggio, Zidane, Del Piero, etc... Et je me dis : Comment ne pas donner le meilleur de moi-même sous ce maillot ? » a-t-il annoncé à La Stampa. Il lui reste désormais 10 journées pour se succéder à lui-même, ce qui constituerait une première depuis Antonio Di Natale il y a 6 ans.

Edin Dzeko, fer de lance de la louve (20 buts en 28 matchs)

Lui est un pur neuf et enchaîner les buts ne lui posent aucun problème. Edin Dzeko, 30 ans, parvient enfin à revivre une saison comme celle qu’il avait connu sous le maillot de Wolsfburg il y a presque 10 ans. Désormais atout n°1 de la Roma offensivement, le Bosnien a pris confiance et cela se ressent. En étant associé avec Nainggolan, Salah ou El Shaarawy, il peut se concentrer sur son rôle de renard des surfaces. Avec 20 buts en 28 matchs de Série A, il est le premier dauphin de Belotti. C’est la première fois qu’il dépasse la barre des 15 buts en championnat depuis sa saison 2013-2014 avec Manchester City (16 buts).

Après une année d’adaptation à la vie italienne, il se montre enfin à la hauteur des attentes placées en lui. Son taux de conversion est passé de 12,1% l’année dernière à 16,8% cette saison. Pour accentuer cela, il a déjà donné 7 passes décisives. Un joueur complet donc, qui pourrait emmener la Roma très loin en cette fin de saison, entre l’Europa League, la Coupe d’Italie et la Série A. Il le reconnaît lui même : « c’est peut-être la meilleure saison de ma carrière, je suis dans une bonne forme et je suis prêt. Je travaille dur avant et après l’entraînement. Ça porte ses fruits. » Les futurs adversaires sont prévenus. 

Dries Mertens, l’inattendu (19 buts en 25 matchs)

Numéro 9 de remplacement après la blessure de Milik, Dries Mertens a pris une envergure à ce poste qui semblait impossible à envisager. Doté d’un petit gabarit et plus habitué à jouer en soutien ou sur les côtés, il a surpris tout le monde en s’habituant à ce rôle de n°9. Son entente technique avec Insigne, Callejon et Hamsik fonctionne à merveille, ce qui permet au lutin belge d’enchaîner les buts et de faire vibrer le San Paolo. Mardi dernier contre le Real, c’est lui qui a ouvert le score d’une frappe croisée, avant de toucher le poteau quelques minutes plus tard.

Auteur de 19 buts en 25 matchs de Série A (27 buts en 38 matchs toutes compétitions confondues), il a démontré qu’à 30 ans, il avait acquis une certaine maturité face au but. Celui qui est désormais appelé « Dries Armando Mertens » dans les rues de Naples va devoir continuer pour hisser son équipe sur la 2ème marche du podium. Avec la victoire contre la Roma le week-end dernier, le Napoli est revenu à seulement 2 points du dauphin et se place désormais en véritable chasseur pour se rapprocher le plus possible de la Juve. Le retour de blessure de Milik pourrait cependant remettre Mertens sur un côté, ce qui pourrait nuire à son ratio, et l’éloigner ainsi du titre tant convoité. Affaire à suivre.

Ciro Immobile, la grosse cote (17 buts en 27 matchs)

Place à la plus grosse cote de cette course : Ciro Immobile, lauréat en 2013-2014 sous le maillot du Torino (22 buts). L’avant-centre de la Lazio réalise, à l’image de son équipe, une saison satisfaisante (4ème du championnat à seulement 4 points du podium et demi-finaliste de la coupe face à la Roma). Il est actuellement 6ème du classement des buteurs avec 17 réalisations. Une place qui ne le fait pas désespérer de remporter le trophée : « j’aimerais remporter le classement des buteurs, on est beaucoup à être en course et c’est stimulant » racontait le buteur italien à La Repubblica. 

Sa confiance est aujourd’hui à son maximum, lui qui est décisif toutes les 143 minutes avec son club. Il entend même ne se fixer aucune limite et espère pouvoir dépasser les plus grands buteurs laziale sur une saison. Il est déjà le meilleur buteur de l’ère Lotito mais se rapproche de Silvio Piola (21 buts), Giorgio Chinaglia (24), Beppe Signori et Hernan Crespo (26 buts). En seulement une saison sous le maillot bleu ciel, il a déjà réalisé de très grandes performances. 

Mauro Icardi, l’incomparable (20 buts en 26 matchs)

Considéré comme un Ovni dans le monde du football, Mauro Icardi est aujourd’hui encore en course pour régner sur la botte. Vainqueur ex-aequo en 2014-2015 avec 22 buts (comme Luca Toni), le capitaine intériste espère cette année encore être au sommet de la hiérarchie. Au coeur d’une histoire d’amour brisée avec les tifosi intéristes, suite à un passage de son livre, l’extravagant buteur n’en oublie pas son plaisir premier : faire trembler les filets. Auteur de 20 buts cette saison après son triplé du week-end, il n'est plus qu'à 2 longueurs d’Andrea Belotti.

Alors qu’il vient de souffler ses 24 bougies le 19 février dernier, l’attaquant argentin est entré dans l’âge de la maturité. Désormais avec une vie personnelle plus stable, il a également mûri sur la pelouse. Outre ses 20 buts, il a également délivré 8 passes décisives, ce qui le place sur le podium des passeurs de Série A. Plus décisif, celui que l’Argentine continue de snober ne compte pas s’arrêter là et espère se rapprocher un peu plus de son idole Gabriel Batistuta, lauréat en 1994-1995 avec 26 buts : « c’est lui mon modèle de référence. Certaines passions ne changeront jamais. Avec son obsession qu’il avait pour les buts cela ne pouvait en être autrement, qui d’autre que lui aurait pu m’inspirer... »

Andrea Belotti, l'héritier italien (22 buts en 25 matchs)

Le favori n°1 pour succéder à Higuain, c’est lui. Pur sang italien de 24 ans, l’attaquant du Torino n’en finit plus d’étonner les amateurs de foot, qu’ils soient d’Italie ou d’ailleurs. Il a notamment inscrit un triplé en 7 minutes contre Palerme lors de la journée précédente. Une performance qui lui a permis d’évincer des tablettes un certain Andrëi Schevchenko. Peu élégant balle au pied, Belotti se démarque par son exceptionnelle habilité physique. Avec un gabarit classique (1m81 pour 72 kilos), il est le joueur qui fait et reçoit le plus de fautes par match (2,6 et 3,3 fautes par match). Il est désormais comparé à l’immense Christian Vieri (meilleur buteur de Série A en 2002-2003) pour son côté puissant et très fort devant le but.

Avec 22 réalisations en 25 journées de championnat, il est le meilleur buteur, 2 unités devant Dzeko alors qu’il a tiré deux fois moins au but que ce dernier. Depuis Antonio Di Natale en 2011, aucun attaquant italien n’a franchi la barre des 25 buts en championnat. Andrea Belotti a les capacités pour faire exploser ce record et pourquoi pas devenir le premier Italien depuis Luca Toni à dépasser la barre des 30 buts en Série A, c’était en 2005-2006. Il pourrait même rentrer dans l’histoire du Torino, en remportant le titre de capocannionere sous le maillot grenat, ce qui constituerait une première depuis Francesco Graziani en 1976-1977 (21 buts). Des records historiques qui en disent long sur la saison et le potentiel de ce jeune international italien.

Justin Teste
Retrouvez ses articles sur YourZone


>