RC Lens : Seko Fofana, facteur X des Sang et Or

Laurent Sanson / Panoramic

L'intersaison n'a ni altéré les qualités footballistiques ni les valeurs morales de Fofana. Face à l'Inter Milan, en amical (1-0, 23 juillet), le milieu Sang et Or a récité sa partition. Celle-là même qui a fait de lui l'un des tous meilleurs joueurs de Ligue 1 en 2021-2022. Les 33.000 supporters de Bollaert-Delelis ont ainsi pu se rassurer. Oui, le capitaine du navire artésien est bel et bien concerné par l'exercice à venir.

Pourtant, le départ de l'international ivoirien semblait quasi-certain en mai dernier. De par l'absence de Coupe d'Europe, de par le sentiment qu'un cycle se refermait en Artois, de par, enfin, ses déclarations à l'issue du match nul face à Monaco (2-2, 21 mai): "Rester au Racing ? Tout ne dépend pas que de moi. Cela dépend de plein de choses. Nous discuterons tranquillement. Lens restera toujours dans mon coeur. J'ai pris énormément de plaisir. J'ai grandi et j'ai pris des responsabilités." Un message en forme d'adieu ? 

Comme redouté, plusieurs joueurs clés sont déjà partis. Ceux qui lui ont permis, à deux reprises, de viser l'Europe dans des fins de saison haletantes: l'attaquant Arnaud Kalimuendo retourné au Paris SG, le latéral droit Jonathan Clauss recruté par Marseille, et au milieu, Cheick Doucouré, le compère de Fofana envoyé du côté de Crystal Palace. L'Ivoirien va-t-il suivre ? Une telle perte causerait des sueurs froides aux fans. Mais, à quelques jours de la reprise du championnat, le club minier peut encore compter sur son leader.

"Envies et ambitions"

"Je suis content d'être là, de pouvoir m'entraîner et de progresser dans cette préparation", confiait-il début juillet, en marge d’un succès 3-0 en amical face à Valenciennes. Il se montrait toutefois réservé quant à son futur: "Nous sommes dans une période de mercato où il y a beaucoup de réflexion. Nous avons tous des envies et des ambitions, que ce soit ici ou ailleurs. Comme de se qualifier pour une Coupe d'Europe ou la jouer ailleurs avec un autre club."

Même s'il reste encore plus d'un mois, et autant de possibilités pour que les conditions d'un départ soient réunies, conserver Fofana pourrait simplifier le chantier du milieu. Une reconstruction qui passe par la constitution d'un binôme complémentaire, à la hauteur du ratisseur combatif qu'était Doucouré. Salis Abdul Samed coche toutes les cases et ses premières minutes ont impressionné. L'ex-Clermontois a affiché une ressemblance frappante avec son prédécesseur, tant dans son positionnement, dans sa démarche que dans son style de jeu.

En tout état de cause, Franck Haise dispose de quatre éléments: Fofana, Samed, Patrick Berg et Lukasz Poreba. "Nous travaillons au quotidien avec différentes associations". Si le Norvégien et le Polonais partent dans la peau de remplaçants, les cartes pourraient être rebattues en cas de départ du premier nommé. "Ce sera à eux de saisir leurs chances", a récemment lancé le coach sur RMC.

Une radio où il s'est également confié sur le cas Fofana, qui agitera sans nul doute le mois d'août lensois: "Aujourd’hui, il est au RC Lens. Je vous l’affirme et vous le confirme. Après, il reste du temps. Ce qui est certain, comme je le répète depuis quelques semaines, Seko est très motivé, très investi dans la préparation, avec l'équipe, le club. J'en suis certain." Et la certitude, en conservant celui qui a disputé 73 matches (12 buts) toutes compétitions confondues avec le Racing, de disposer d'un argument de poids incontournable dans la quête d’Europe...


>