Ligue 1 : Monaco, gare à l'effet miroir

Norbert Scanella / Panoramic

La saison dernière, Monaco avait disputé quatre rencontres européennes en août pour tenter de rejoindre les poules de Ligue des champions. Résultat: une élimination cruelle en prolongation contre le Shakhtar Donetsk. Mais les Rouge et Blanc, aspirés par leurs rêves de C1, avaient aussi saboté leurs débuts en championnat. Avec un petit point récolté sur les trois premières journées, Monaco a traîné son handicap initial jusqu'à la dernière journée. Cette analyse a incité la direction à préparer différemment cette saison. Il a ainsi été décidé de reprendre plus tôt et surtout, de maintenir une pression importante sur le groupe afin de ne pas galvauder la compétition nationale.

"Je veux tous les jours un très haut niveau d'engagement à l'entraînement, et encore plus en match, insiste l'entraîneur Philippe Clement. Strasbourg sera un grand défi. Monaco a toujours eu des difficultés contre cette équipe." Si le Belge a été satisfait de ce qu'il a vu avant cette première en Alsace, notamment en 3e tour préliminaire aller de Ligue des champions contre le PSV Eindhoven (1-1), mardi, il reste sur ses gardes. "J'ai vu un groupe concentré, engagé avec une bonne dynamique, se satisfait-il. Mais le plus important sera de le montrer en match."

14 matches en 42 jours

Pour cela, il compte sur ses nouveaux leaders. A l'image du défenseur central Axel Disasi, en forme actuellement. "La saison dernière, on a souvent pêché quand il fallait retrouver le championnat, souligne ce dernier. On doit se servir de cette expérience. Ce sera un bon test pour savoir si on a appris de nos erreurs. A Strasbourg, il faut qu'on parvienne à garder la puissance et l'énergie montrées en fin de match contre Eindhoven." Dans un tunnel de 14 matches en 42 jours jusqu'à la mi-septembre, "la récupération et la concentration doivent être au maximum", prévient le milieu Youssouf Fofana. "Le groupe l'a très bien compris."

Son entraîneur exige cette même concentration, et demande à chacun d'être opérationnel à tout moment. Car la rotation sera obligatoire tout en gardant un haut niveau de performance. "Cette rotation n'a rien de spécial, lance-t-il. En Belgique, je le faisais toujours. C'est une nécessité. J'ai vu qu'ici, c'était plus compliqué par le passé. Le groupe est jeune. Le corps et le mental doivent s'adapter à une telle série. Le staff doit gérer et permettre à chacun d'être à 100% dès qu'il est sur le terrain."

Cette gestion de l'effectif n'empêche pas Clement d'affiner ses demandes et de recadrer. Ainsi, il souligne: "Je n'ai pas été content de la disponibilité des joueurs offensifs en première période contre Eindhoven. Je l'ai montré à la mi-temps. Il fallait plus de mouvements. On a défini les espaces à attaquer. Après la pause, ça a été mieux." Monaco a donc encore beaucoup de travail pour redevenir l'irrésistible équipe qui a enchaîné 9 victoires et un nul sur ses 10 derniers matches de L1. D'autant que "la lutte pour les places européennes sera plus dure que la saison passée", conclut Clement avec certitude.


>