Coupe du Roi : Gareth Bale, marquer pour oublier

Reuters

L’histoire d’amour entre Gareth Bale et le Real Madrid n’a jamais été une romance tranquille. Régulièrement blessé depuis son arrivée en Espagne, le Gallois n’a jamais réellement pu confirmer les espoirs placés en lui. Des problèmes physiques, qui n’éludent pas son manque d’intégration dans le vestiaire de la Maison Blanche. Marcelo révélait récemment que l’ancien joueur de Tottenham ne parlait toujours pas espagnol, tandis que Courtois le surnommait le "golfeur" en raison de son appétence pour le sport cher à Tiger Woods. Pointé du doigt par ses coéquipiers, l’attaquant n’a pas arrangé son cas le weekend dernier, quand il a repoussé Lucas Vazquez après avoir offert la victoire au Real Madrid face à Levante en Liga. Un geste significatif, qui traduit un certain malaise avec ses camarades. Le joueur garde malgré tout la confiance de son entraîneur, qui pourrait bien le titulariser face au FC Barcelone, en demi-finale retour de la Coupe du Roi (mercredi soir, 21h, beIN SPORTS 1).

Une situation sportive décevante
 

Le comportement de Gareth Bale au Real Madrid cette saison trouve son explication dans sa situation sportive. Selon la Cadena Ser, l’attaquant serait frustré par son manque de temps de jeu et par l’éclosion de jeunes talents comme Vinicius Jr., qui passe désormais devant lui dans la hiérarchie. Remplaçant lors des deux dernières rencontres du Real Madrid, Gareth Bale n’apprécierait pas non plus de s’être fait prendre sa place par Lucas Vázquez, lui qui avait pourtant gardé son statut de titulaire sous Ancelotti, Benitez, et dans une moindre mesure, Zidane.

Vidéo : Bale refuse de célébrer avec Vazquez

Une scène, racontée par El Golazo de Gol, illustre à elle toute seule l’exaspération de Gareth Bale quant à son utilisation à la Maison Blanche. Face à Levante, dimanche dernier, Santiago Solari décide de remplacer Toni Kroos par Federico Valverde. Déçu de ne pas être le premier à rentrer sur le terrain, le Gallois coupe court à son échauffement, malgré la demande de son entraîneur. Il fait alors part de son énervement à Antonio Pintus, préparateur physique, et retourne sur le banc se rafraîchir la gorge. Il reste ainsi assis cinq minutes durant, avant d’entrer en jeu à la place de Karim Benzema. Son refus de célébrer son but auprès de Lucas Vázquez trouve ainsi sa cause.

Malgré tout, Gareth Bale garde la confiance de son entraîneur, qui n’a pas souhaité l’accabler après cet épisode. "Il était ravi dans le vestiaire parce qu’il a marqué, a expliqué Santiago Solari après le match. D'ailleurs, j'ai adoré la manière dont Gareth est entré dans le match et sa hargne pour jouer les minutes dont il a disposées. Son match m'a semblé fantastique. Il nous a donné la victoire et il a travaillé pour nous. [...] Et puis d'ailleurs, les joueurs peuvent fêter leurs buts comme ils le souhaitent, tant qu'ils marquent."


Le FC Barcelone, l’occasion d’oublier
 

Soutenu par son entraîneur, Gareth Bale a connu un début de semaine assez calme du côté de Madrid. Selon Marca, le joueur est apparu détendu à l’entraînement, dans une ambiance "extraordinaire." Auteur de son 100ème but avec les Merengue contre l’Atlético Madrid début février, le Gallois émarge à 13 buts cette saison toutes compétitions confondues, avec un titre de Meilleur joueur à la Coupe du Monde des Clubs. Son apport à l’équipe reste important, et pourrait même s’avérer déterminant en cette fin de saison. Le Real Madrid est bien parti pour poursuivre son aventure en Ligue des Champions, et reste en course pour jouer les trouble-fêtes en Liga. Après avoir accroché le FC Barcelone au Camp Nou au match aller des demi-finales de la Coupe du Roi (1-1), la Maison Blanche garde toutes ses chances pour accéder à la finale. Cinq ans après son arrivée du côté de Madrid, le Gallois aura sûrement l’occasion de briller contre les Catalans.

S’il marque et qualifie son équipe, il mettrait enfin le public du Santiago-Bernabéu dans sa poche, en ravivant un doux souvenir. La dernière fois que le FC Barcelone a été éliminé en Coupe du Roi, c’était lors de la saison 2012-2013, en demi-finale, contre le Real Madrid justement. Gareth Bale raviverait alors une flamme qui ne cesse de vaciller.