WTA : Pendant ce temps, Barty gagne un tournoi de golf...



Ashleigh Barty, toujours n°1 mondiale en dépit de ses forfaits pour l'US Open puis Roland-Garros (qui débute dimanche), craint toujours le coronavirus. Alors, retranchée chez elle en Australie, elle joue et remporte des tournois de... golf. Egalement ancienne joueuse de cricket, elle s'est en effet imposée à Brisbane lors d'un match-play, remporté 7 et 5 en finale - elle disposait de sept trous d'avance alors qu'il en restait cinq à jouer. Barty, qui est donc une véritable touche-à-tout, est aussi la compagne de Garry Kissick, un entraîneur professionnel de golf qu'elle a rencontré en 2016. L'Australienne, à l'occasion de la Presidents Cup l'an dernier (les Etats-Unis face à l'Australie), avait reçu les compliments de Tiger Woods en personne : "Elle a un super swing", assurait ainsi le "Tigre".


Son jeune compatriote australien Louis Dobbelaar y était aussi allé de ses bons mots (pour Associated Press) : "Elle a tout ce qu'il faut si elle veut persévérer. Si elle se focalise sur le golf, je suis sûr qu'elle pourrait. J'ai déjà vu beaucoup de golfeurs venir de sports différents, et c'est celle qui y arrive le mieux, et de loin. Sa frappe de balle est vraiment bonne, elle tient ça naturellement du tennis, le contact entre la main et l'oeil." Grégory Havret, le joueur français (deuxième de l'US Open en 2011), avait fait ce rapprochement pour Sports.fr : "Pas mal de golfeurs jouent bien au tennis, l’inverse est aussi vrai. Souvent, ils passent au golf à l’âge de 40 ans parce qu’il y a pas mal de similitudes. Généralement, le tennisman joue bien au golf assez vite, il y a le sens de la balle même si elle est un peu plus grosse au tennis…"