Rybakina, c’est déjà demain

Reuters

Mais où s’arrêtera-t-elle ? Après avoir débuté l’année 2019 au-delà de la 190e place mondiale, Elena Rybakina est aujourd’hui 17e au classement WTA. Car la jeune Kazakhe (20 ans) s’est totalement révélée ces derniers mois. Après avoir remporté son premier tournoi sur le circuit à Bucarest en juillet dernier, elle a disputé quatre finales depuis le début de l’année 2020. Pour trois défaites, à Shenzen (face à Alexandrova), Saint-Pétersbourg (Bertens) et Dubaï (Halep), et un titre, à Hobart, où elle a dominé Zhang Shuai en finale.
 

"Je n’ai rien à perdre"


Et au dernier Open d’Australie, c’est la numéro un mondiale Ashleigh Barty qui a dû la stopper au troisième tour. Quelques semaines après son premier succès face à une joueuse du Top 3, Karolina Pliskova, aux Emirats Arabes Unis, où elle avait également écarté au premier tour Sofia Kenin, lauréate du dernier Grand Chelem australien. Mais quel est son secret ? "J'essaie toujours de faire de mon mieux et je veux, bien sûr, gagner tous les matches. Tout est nouveau pour moi. Je prends match par match. Je n'ai rien à perdre", confiait à Dubaï, pour L’Equipe, celle qui avoue avoir beaucoup travaillé tactiquement avec Stefano Vukov, son entraîneur depuis l’an dernier.

21 victoires en 2020


Physiquement aussi, cette joueuse au grand gabarit (1,84m) impressionne. Son jeu puissant fait des ravages, et les statistiques parlent pour elle. En 2020, elle est tout simplement la joueuse à avoir remporté le plus de matchs sur le circuit féminin (21, pour 4 défaites). Et aussi celle qui a compilé le plus d’aces (144). Coupée dans son élan en raison de la crise sanitaire, qui a suspendu la saison au moins jusqu’en juillet, elle s’occupe en développant ses talents de peintre. Avec un certain succès à en croire les vidéos qu’elle dévoile sur son compte Instagram.