Ligue Europa : Lille s’en est encore remis à Burak Yilmaz

Panoramic

Comme l’avait dit Benjamin André avant la rencontre, le LOSC a eu fort à faire pour dominer le Slavia Prague ce jeudi. Malgré une nette victoire en République tchèque lors de la première journée de la phase de groupes de la Ligue Europa, les joueurs de Christophe Galtier n’ont pas pris de haut leur adversaire. Toutefois, pendant plus d’une heure, la nette domination lilloise (59% de possession de balle, 17 occasions, 21 tirs dont 10 cadrés à l’issue du match) s’est avérée stérile. Pire encore, à 19 minutes de la fin du temps réglementaire, Ladislav Krejci a glacé le banc nordiste en ouvrant le score.

Un résultat qui, combiné à celui du match entre l’AC Milan et le Celtic, mettait Lille dans une position délicate en vue de la qualification pour les 16emes de finale. C’est alors que Christophe Galtier a changé ses plans et lancé son arme fatale, Burak Yilmaz. « J’ai compris qu’il était difficile pour lui de jouer jeudi et dimanche, mais qu’il pouvait être utile sur certains bouts de matchs en Coupe d’Europe, a confié en conférence de presse l’entraîneur lillois. Il préfère être un entrant parce qu’à 35 ans, on ne peut pas jouer tous les matchs, surtout à ce niveau. Mais il reste disponible. »
 

Yilmaz n’a pas tourné autour du pot


Entré en jeu à la 77eme minute en lieu et place de son compatriote Yusuf Yazici, l’ancien buteur des trois grands clubs stambouliotes n’a pas tardé à justifier son statut de buteur providentiel. Celui qui, en Turquie, est surnommé le « Roi » n’a eu besoin que de trois minutes pour se mettre en évidence et encore quatre minutes pour renverser totalement un match qui ne semblait pas acquis à la cause lilloise. Une performance qui est dans la droite ligne de celles de l’international turc depuis son arrivée au LOSC. En effet, en quinze matchs disputés toutes compétitions confondues depuis le début de la saison, Burak Yilmaz est déjà impliqué sur onze buts, avec huit réalisations et trois passes décisives. Des statistiques qui sont le symbole d’une adaptation ultra-rapide de l’ancien buteur du Besiktas.
 

Des performances qui ne sont « pas un hasard » pour Galtier


Une adaptation qui est également matérialisée par le soutien, voire l’admiration, que le joueur de 35 ans suscite chez ses coéquipiers. « Burak Yilmaz est entré est comme il sait le faire, c'est un tueur, a confié le milieu de terrain Benjamin André à l’issue de la rencontre dans des propos recueillis par l’AFP. Son entrée a été décisive. » Même son de cloche du côté de Christophe Galtier lors de la conférence de presse d’après-match. « C'est un cadre. Il vit et mange football, il connaît les grands rendez-vous. Sa préparation et son hygiène de vie, à 35 ans, sont parfaites, a assuré l’entraîneur du LOSC. Ce n'est pas un hasard s'il est encore performant, il est sérieux dans sa préparation. » L’attaquant international turc pourrait être l’artisan de la première place du groupe pour le club lillois, en cas de bon résultat sur la pelouse de Celtic Park jeudi prochain.