Ligue Europa : El-Arabi, buteur prolifique aux choix atypiques

Reuters
Après la Ligue 1, où il a été lancé en 2008 avec Caen, son club formateur, l’Arabie Saoudite (Al-Hilal, 2011-12), l’Espagne (Grenade, 2012-2016) et le Qatar (Al-Duhail 2016-2019), Youssef El-Arabi a découvert l’été dernier un quatrième championnat en s’engageant avec l’Olympiakos. Un choix pour l’instant payant, puisque l’attaquant de 33 ans est tout simplement le meilleur buteur du championnat grec avec 17 réalisations. Il brille aussi en Europe, et a signé le but de la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa du club du Pirée contre Arsenal, il y a deux semaines à l’Emirates Stadium, à la 119eme minute d’un match haletant (2-1, a.p.).

Celui qui a également fait trembler les filets face au Bayern Munich, Tottenham et l’Etoile Rouge de Belgrade en Ligue des champions, et a bien l’intention de poursuivre sa série en Ligue Europa contre Wolverhampton, n’a donc pas tardé à confirmer qu’il est un buteur-né. Comme partout où il est passé. De quoi, forcément, interroger sur sa carrière, lui qu’on aurait pu imaginer évoluer dans des clubs plus huppés.
 

"J’ai fait des choix et je ne les regrette pas"


"C’est vrai que mes choix ont pu être atypiques pour certains, avouait-il à l’automne dans Sport à Caen. On a entendu pas mal de choses à mon sujet, mais il n’y avait pas vraiment d’offres concrètes pour moi. Après, j’ai fait des choix et je ne les regrette pas. J’ai beaucoup appris à l’étranger. J’ai su mûrir. Je suis content parce que, là où je suis passé, j’ai su laisser ma trace. Je suis le buteur historique de Granada (en Liga, ndlr), le buteur historique de mon club au Qatar (et meilleur buteur du championnat en 2017 et 2018, ndlr). Laisser des traces et marquer des buts importants, c’est ce qui compte pour un attaquant. C’est ce que je fais de mieux et je suis content."

Content, le natif de Caen l’est encore plus depuis qu’il a retrouvé la sélection marocaine, en novembre dernier, alors qu’il n’avait plus été appelé depuis mars 2017. Vahid Halihodzic l’a d’ailleurs de nouveau retenu, au sein d’une liste élargie, pour le prochain rassemblement des Lions de l’Atlas à la fin du mois. En attendant, éventuellement, de boucler la boucle au Stade Malherbe : "C’est ici que j’ai commencé. Je ne pense pas encore à un retour, mais pourquoi pas."