Séville : Jusqu’où peut aller Koundé ?

Titularisé au poste d’arrière droit dans une défense à quatre pour ses deux premières titularisations en équipe de France, face au Portugal à l’Euro (2-2) puis la Bosnie (1-1) le mois dernier en qualifications du Mondial 2022, Jules Koundé aura vécu deux matchs compliqués. Fébrile pour sa grande première contre les champions d’Europe en titre, il avait commis une main qui avait offert un nouveau penalty à Cristiano Ronaldo. Et face aux Bosniens, il s’était fait bêtement expulser sur un tacle inconsidéré dès la reprise, ce qui avait grandement pénalisé les Bleus. 


Mais l’ancien Bordelais, sur qui Didier Deschamps compte visiblement beaucoup, a retrouvé un positionnement qu’il affectionne plus lors du Final Four de la Ligue des nations, puisqu’il a été aligné à droite au sein d’une défense à trois, Benjamin Pavard récupérant son couloir. Et s’il a d’abord failli donner un but à Kevin De Bruyne dès l’entame de la demi-finale contre la Belgique, il s’est ensuite bien repris, sauvant notamment son camp devant Eden Hazard. En finale face à l’Espagne, il a effectué des retours décisifs et s’est longtemps montré intraitable défensivement, avant de baisser d’intensité par la suite. 



Une "attitude fantastique"


Notamment, dans la concentration, un axe de progression dont Koundé, d’une taille relativement modeste pour un défenseur central (1,78m), est bien conscient, comme de l’importance de développer son jeu offensif. Il avait d’ailleurs insisté sur ce dernier point à l’Euro, mais après avoir été utilisé en tant que latéral, un rôle qu’il a peu occupé en club. Son entraîneur à Séville est en tout cas ravi de sa progression, et qu’il soit resté à l’intersaison alors qu’il était notamment convoité par Chelsea. 


"Il progresse et il le mérite. C'est encore un jeune joueur, qui a passé un été compliqué, mais qui est ici et à 100% focalisé sur le club. Il doit penser à avoir et maintenir la même attitude avec laquelle il est arrivé. Les yeux écarquillés, désireux d'apprendre et s'améliorer", a déclaré Julen Lopetegui auprès de Marca, insistant sur "l’attitude fantastique" du jeune Français (22 ans). Mais s’il continue sa progression, Séville, qui reçoit Lille mercredi en Ligue des champions, pourra difficilement le retenir l’été prochain. 


>