Le Real Madrid prêt à quitter la Liga pour la Superligue européenne ?

On croyait avoir tout vu au niveau des inventions, des idées curieuses ou stratagèmes sans queue ni tête, il semblerait que l’imagination des grands dirigeants européens n’a pas de limite. Selon le New York Times, Floréntino Perez, l’homme fort du Real Madrid militerait de toutes ses forces pour la création d’une Superligue européenne. Et pour parvenir à ses fins, il serait même prêt à retirer son club du championnat espagnol.

Perez enclin à « ruiner » le football des clubs pour faire plus d’argent ?


Ce projet n’a pas encore été évoqué de manière officielle, et Pérez a simplement profité d’une rencontre avec Gianni Infantino, le président de la FIFA, pour lui soumettre la proposition en question. Comme plusieurs de ses homologues européens, il serait convaincu que la Superligue européenne (un championnat à 20 clubs qui regroupe les meilleurs clubs des cinq grands pays du continent) sera profitable aux grands clubs. Certains hésitent cependant à franchir le pas et c’est pourquoi il soumet ce nouveau plan pour convaincre enfin les plus réfractaires. Une rupture complète avec le monde d’en bas, avec ce que cela offre comme avantage sur le plan financier, est l’argument utilisé pour faire accepter la révolution.

Une saison de football sans compétition domestique ? Cela s’apparente à une hérésie et un plan qui défie toute logique et équité sportive. De fait, il est difficile d’imaginer qu’il voit jour, surtout que la Superligue elle-même a encore de nombreux opposants. Si Perez ou l’ECA (l’association européenne des clubs) songeaient à faire fructifier cette réforme, ils se heurteraient à coup sûr à une résistance des plus farouches. Et pas uniquement auprès des petits clubs ou fédérations de seconde zone. Et pour cause ; les compétitions domestiques perdraient tout intérêt sportif, tout en s’affaiblissant financièrement avec des revenus TV moindres.

Ceferin est fermement opposé à cette idée


Aleksandr Ceferin, le président de l’UEFA, aurait déjà eu vent de cette idée et le Slovène se dit prêt à la combattre et faire en sorte qu’elle ne reste justement qu’une simple idée. «J'ai lu ce plan insensé. Si l'on en croit les informations, elles proviennent d'un seul président de club, et non du propriétaire, et d'un administrateur solitaire dans le football. Il est difficile d’imaginer un schéma plus égoïste, a-t-il déclaré. Cela ruinerait clairement le football dans le monde entier; pour les joueurs, pour les fans et pour tous ceux qui sont impliqués dans ce - le tout pour le bénéfice d'un nombre réduit de personnes. » Des paroles intelligentes mais qu’il convient de maintenir et ne surtout pas ravaler face à la pression des géants.