Juventus : Andrea Pirlo viré en cas d'élimination ?

Reuters
Pour une telle écurie, la situation actuelle n’est pas très engageante et ne correspond pas à son standing. La Juventus Turin, l’un des plus grands clubs mondiaux, multi-titré et habitué aux grands rendez-vous, n’est pas au mieux sur le plan national comme continental en cette entame de mois de mars. Une période où les grands enjeux commencent à se pointer et où le virage n’est pas à rater pour espérer terminer du mieux possible.

Nonuple champion transalpin en titre, le club bianconero n’est que troisième du campionato, relégué à dix longueurs de l’Inter Milan, avec un match en moins à disputer contre Naples. Finaliste de la Coupe d’Italie contre l’Atalanta Bergame, la Juve est surtout dos au mur en Ligue des Champions dès les huitièmes de finale. Ce qui fait mauvais genre alors que les joutes cruciales ne sont même pas encore là. La faute à une manche aller ratée à Porto, il y a trois semaines.

Pirlo tâtonne

Incroyable pour une telle formation, la Vieille Dame a craqué dès les premiers instants des deux périodes au stade du Dragon (2eme et 46eme minutes). Malmenés, les hommes d’Andrea Pirlo auraient pu repartir du Portugal avec une valise mais heureusement, Federico Chiesa a entretenu l’espoir en inscrivant un but très précieux à la 82eme. Une réalisation qui pourrait valoir très chère et dont on pourrait se souvenir dans quelques semaines. Ou pas.

Car l’avenir de cette Juve 2020-21 et celui de Pirlo se jouent quelque part ce mardi soir à Turin. Bombardé à la tête de l’équipe première en août dernier en remplacement de Maurizio Sarri, seulement quelques heures après une élimination cruelle en huitièmes de finale de la C1 contre Lyon, l’ancien milieu de terrain vit des premiers pas délicats sur le banc. Ses principes de jeu ne semblent pas clairs, il tâtonne clairement et il a déploré de nombreuses blessures et défections, peinant à dégager une équipe de base solide.


Pirlo joue une grosse partie de son avenir

Sa Juventus tangue, les prestations abouties sont peu nombreuses, et heureusement que Cristiano Ronaldo est là pour planter. 20 buts en Serie A, mais seulement 4 en Ligue des Champions, la compétition dont il est le roi et le meilleur buteur historique. Le Portugais sera fidèle au poste pour faire pencher la balance du bon côté et renverser la vapeur, mardi. « Cristiano Ronaldo est motivé, ce sont des matches pour lui, il l'a toujours démontré ces dernières années. Il a pu se reposer un peu ces derniers jours », a souligné Pirlo à propos du quintuple Ballon d’Or qui n’a joué qu’une vingtaine de minutes contre la Lazio Rome (3-1), samedi.

En délicatesse, Pirlo, lui, joue une grosse partie de son avenir mardi soir. Car une nouvelle élimination prématurée contre une formation loin d’être un foudre de guerre, après celle en quarts face à l’Ajax Amsterdam en 2019 et la précédente face à l’OL, ferait particulièrement tâche. Demandez donc au président Andrea Agnelli qui rêve de Super Ligue et rêve de voir avant sa Juve tout en haut. Il y a bien eu deux finales en 2015 et 2017 mais la dernière C1 remonte à… 1996. Une éternité.


Une « finale » contre Porto

« C'est comme une finale pour nous, mais aussi pour Porto. Il va falloir tout donner pour renverser le résultat de l'aller », a commenté un Pirlo serein qui ne semble pas préoccupé par son avenir. « Je ne crois que ma première saison d'entraîneur sera jugée sur ce match, je continue à travailler jour après jour et je sais quel est mon projet et celui du club, a confié le coach juventino. Je suis là, et pour le futur, c'est le club qui fera ses choix, comme toujours sur la base des résultats. » Un discours optimiste mais, alors que le Scudetto semble promis à l’Inter, il serait franchement bienvenu de passer « l’obstacle » Porto pour continuer en Coupe d’Europe, rallier au moins le Top8 et espérer encore voir le champion du monde 2006 siéger sur le banc turinois ces prochains mois.

>