Suède - Robin Olsen, gardien de classe internationale

Reuters

A luit tout seul, Robin Olsen a fait gagner un point à la Suède. Lors de la première journée de la phase de poules de l'Euro, le gardien a sauvé son équipe à plusieurs reprises face à l'Espagne (0-0). Avec cinq arrêts mais encore bien plus d'interventions, il a dégoûté des Espagnols ultra-dominateurs dans un match où aucun but n'aura été marqué. En première période devant Dani Olmo ou dans le temps additionnel de la seconde période face à Gerard Moreno, le dernier rempart suédois s'est employé.

Le joueur de 31 ans a impressionné et prouvé qu'il était bon dans tous les domaines. Pour celui qui doit se chercher un nouveau club cet été, c'est une bonne nouvelle. Si le gardien aux 45 sélections est un des cadres de la sélection suédoise, il était déjà titulaire à la Coupe du Monde 2018, son parcours en club est bien plus chaotique. Avec un prêt à Everton qui se termine après seulement sept apparitions en Premier League, il revient à la Roma dans un club où il est sous contrat jusqu'en 2023 mais sans perspectives d'avenir.
 

A la Roma, Robin Olsen était le successeur d'Alisson


Dans le club italien, le numéro 1 est Pau Lopez. Et à moins de continuer à briller durant l'Euro et notamment face à la Slovaquie ce vendredi (15h00, beIN SPORTS 1), cela ne devrait pas changer, même avec l'arrivée de José Mourinho. Arrivée chez la Louve en 2018, le gardien acheté pour 12 millions d'euros à Copenhague était censé prendre la succession d'Alisson Becker parti à Liverpool. Au lieu de ça, il était prêté à Cagliari un an plus tard. Avec seulement 17 apparitions en Serie A, sa saison 2019-2020 passée en Sardaigne ne lui a pas permis de s'imposer. Son nouveau prêt à Everton en 2020-2021 où il a totalisé 11 titularisations toutes compétitions confondues non plus.

Malgré ces difficultés, Robin Olsen est toujours le numéro 1 en sélection. Son statut de titulaire n'y a jamais vraiment été remis en cause, comme lors de ses expériences en Scandinavie avec Malmö où il a été formé et Copenhague où il s'est révélé après six mois au PAOK Salonique. Si le gardien suédois n'a pas encore réussi à s'installer dans un grand club, ses performances à l'Euro pourraient lui permettre de vite y remédier. Robin Olsen a prouvé qu'il était le type de gardien capable de briller même lorsqu'il est peu sollicité. Et surtout de le faire pour rapporter des points à son équipe.

La Suède résiste à une Espagne dominatrice !

 


>