Nibali complique la vie de Roglic

Icon Sport

Sur les grands tours, les lendemains de jour de repos sont toujours sujets à l'inquiétude pour les coureurs, et notamment chez les favoris. C'est sans doute encore plus le cas lorsqu'une étape, la 16e de ce Tour d'Italie 2019, présente sur son parcours une difficulté aussi complexe que le col du Mortirolo. Et ça n'a pas manqué, cette ascension, dont le sommet était à moins de 30 kilomètres de l'arrivée, a été le véritable juge de paix de la course des leaders. Les organisateurs, une nouvelle fois confrontés au mauvais temps, ont eu beau raccourcir le parcours d'une trentaine de kilomètres, pour éviter la neige dans le Gavia, ça n'a pas suffi à préserver les intérêts de Primoz Roglic.

Le leader de la Jumbo-Visma, qui s'était positionné comme le grandissime favori à la victoire finale dans ce Giro après ses victoires sur le Tour de Romandie ou Tirreno-Adriatico, a peut-être perdu toutes ses chances ce mardi. Le Slovène n'a en effet pas su résister à l'attaque de Vincenzo Nibali (Bahrain Merida) à six kilomètres du sommet du Mortirolo. Sur le coup, même Richard Carapaz a calé, avant de progressivement refaire son retard. Le maillot rose a franchi la ligne d'arrivée au côté du Transalpin, à 1"41 du lauréat du jour, un autre Italien, le meilleur grimpeur Giulio Ciccone (Trek-Segafredo), qui figurait parmi les échappés et a devancé Jan Hirt (Astana) pour lever les bras, trois ans après un premier succès sur le Giro.

Nibali récolte lui les fruits de son labeur, puisque le voilà désormais deuxième du général, à 1"47 de Carapaz (Movistar). Derrière, Miguel Angel Lopez (Astana), un temps au contact, a encore perdu du temps et pointe désormais à plus de six minutes de l'Equatorien. Roglic recule lui sur la troisième marche du podium à 2"09, alors que Rafal Majka, quatrième au départ, occupe désormais la sixième place à 5"40. Mercredi, la 17e étape offrira une nouvelle fois son lot de difficultés entre Commezzadura et Anterselva (180 km), avec une arrivée au sommet qui pourrait permettre aux grands gagnants du jour de creuser encore l'écart, ou aux défaillants de rebattre les cartes.