Top 14 – Pau : Tom Taylor demande un million d’euros au club

C’était le 7 juin dernier. Alors que la France commençait à se déconfiner depuis un peu moins d’un mois, la Section Paloise annonçait le licenciement de son ouvreur néo-zélandais Tom Taylor, coupable d’avoir quitté le pays en plein confinement sans autorisation. "Le 17 mars 2020 (premier jour du confinement, ndlr), le club a constaté que M. Tom Taylor avait quitté le territoire national sans aucune autorisation préalable de son employeur alors même qu’il était demandé à tous les joueurs de rester à disposition du club et de respecter les mesures gouvernementales dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Cette décision personnelle, contraire à toutes les consignes qui avaient été données par le club depuis le 13 mars est d’autant plus illégitime qu’elle ne se justifiait pas », expliquait le club béarnais, qui ne savait pas, en mars, si la saison de Top 14 reprendrait ou pas. Six mois jour pour jour après les faits, L’Equipe révèle ce jeudi que le joueur réclame un million d’euros à son ancien club, « ce qui correspond à ses salaires et ses droits d’image selon les termes du contrat signé entre les deux parties jusqu’en juin 2022. » Une audience de conciliation se déroulera le 1er octobre à Pau entre le club et le joueur.

Taylor va signer au Japon


Tom Taylor, passé également par Bayonne et Toulon, et qui a porté le maillot des All Blacks à trois reprises en 2013, avait disputé quinze matchs lors de la saison 2019-20 avec la Section (10 en Top 14, 5 en Challenge Cup), dont quatre comme titulaire, et marqué 26 points. Il devrait signer dans le championnat japonais, lorsque celui-ci reprendra.