Le calvaire de Federer

Ça commence à faire beaucoup pour Roger Federer. On se préparait à un somptueux retour vendredi à Miami contre Juan Martin Del Potro, son bourreau en finale de l’US Open 2009… Il n’en a rien été. Opéré du genou en février, le Suisse n’avait plus joué depuis sa demi-finale perdue à l’Open d’Australie contre Novak Djokovic. Il n’a donc toujours pas retrouvé le chemin des courts, cette fois à cause d’un virus à l’estomac, et doit désormais attendre Monte-Carlo dans un peu plus de deux semaines pour disputer son seul tournoi avant Roland-Garros.

"Je suis vraiment désolé de devoir déclarer forfait à Miami à cause d’un virus à l’estomac, a-t-il déclaré sur le site de l’ATP. Je me sens mal pour le tournoi et les fans, je n’ai vraiment pas l’habitude de renoncer aussi près d’un match. Je ne me sentais pas super depuis plusieurs jours, et malheureusement ça a empiré dans les 24 dernières heures. J’étais vraiment excité de revenir à Miami, mais je ne suis pas en condition de jouer. J’ai essayé de m’entraîner le matin, mais il était clair que je ne pouvais pas être compétitif."

Ajoutera-t-il un ou plusieurs tournois ?

Adam Barrett, le directeur du tournoi, n’a pu que prendre acte de la décision du n°3 mondial: "On était très excités à l’idée qu’il revienne à Miami cette année, on espère qu’il va vite se sentir mieux. C’est une vraie légende du jeu, il a un incroyable soutien en Floride du Sud. On a hâte de le voir l’année prochaine." Son bilan reste fixé à huit victoires et deux défaites sur cette saison 2016, lui qui a également été vaincu en demi-finales à Brisbane (avant l’Open d’Australie) par Milos Raonic.

"J'avais imaginé faire toute ma carrière sans opération."

Roger Federer

Mais la question qui se pose est donc plus large: "Rodgeur" est-il réellement en mesure d’afficher son meilleur niveau à Monte-Carlo, puis surtout à Roland-Garros, avec aussi peu de compétition dans les jambes ? Jamais, au cours de sa carrière, il n’a connu une période d’indisponibilité aussi longue. Ajoutera-t-il un ou plusieurs autres tournois à son programme ? "J’avais imaginé faire toute ma carrière sans avoir besoin d’une opération, confiait-il il y a quelques jours au Guardian. C'était un grand choc, décevant." A 34 ans, les doutes sur son état de forme seront constamment incontournables, même s’il a prouvé l’an dernier qu’il était encore capable d’éclats. Mais face à Novak Djokovic, pour ne citer que lui, ça ne suffit plus.


>