Nouvelle-Zélande : Les All Blacks bientôt sponsorisé par un groupe français ?

La Fédération Néo-Zélandaise de rugby (NZR) est au bord du gouffre. Affaiblie sur le plan économique par la crise sanitaire, qui a notamment empêché les All Blacks d’effectuer une lucrative tournée en Europe durant l’automne dernier et de disputer ses rencontres du Rugby Championship à domicile, la NZR va également perdre un de ses principaux bailleurs de fonds. Partenaire maillot des All Blacks depuis 2012, l’assureur américain AIG a décidé de stopper son engagement à l’issue de l’année 2021. Un partenariat qui rapportait entre 8,5 et 17 millions d’euros par an à la NZR. Face à cette situation difficile, les dirigeants de la fédération ont ouvert la porte à l’arrivée d’un fonds d’investissement, Silver Lake, au capital d’une société commerciale gérant les intérêts de la sélection néo-zélandaise. Or, plusieurs internationaux dont le capitaine actuel des All Blacks Sam Cane ont fait part de leur opposition à cet accord via une lettre transmise aux dirigeants de la NZR. quand l’association des joueurs néo-zélandais (NZPRA) s’est dite prête à opposer son veto à ce partenariat.

Altrad au chevet des All Blacks ?


Face à cet échec programmé de l’arrivée de Silver Lake aux côtés des All Blacks, qui aurait été valorisée à 277 millions d’euros pour 15% des droits commerciaux, la NZR serait sur le point de lancer un « plan B » dont le nom serait… Mohed Altrad, selon les informations du magazine Midi Olympique. Le président du club de Montpellier, via son groupe spécialisée dans les échafaudages, pourrait prochainement devenir le nouveau partenaire principal de la sélection néo-zélandaise. Déjà partenaire du XV de France pour une somme estimée à sept millions sur un contrat de cinq ans démarré en 2018, le groupe Altrad aurait avancé une somme de 18 millions d’euros pour apposer son logo sur le maillot des coéquipiers de Beauden Barrett à compter du début de l’année 2022 et jusqu’à la prochaine Coupe du Monde, organisée en France en septembre et octobre 2023. Un montant qui serait légèrement supérieur à celui octroyé aux Bleus, ce qui pourrait alors faire réfléchir Bernard Laporte quant à l’idée de faire monter les enchères pour cet emplacement publicitaire stratégique.

>