Mais pourquoi diable ces Argentins jouent-ils (aussi bien) au rugby ?

Reuters

En Argentine, sport de bourgeois dans l’ombre du foot

Dans la société argentine, le rugby – 80 000 licenciés, soit plus que le Pays de Galle et l’Écosse réunis – draine historiquement les classes sociales les plus aisées quand le football – 530 000 licenciés – aimante lui les moins favorisées. Les clubs locaux de l’ovalie, bâtis sur le modèle anglais, regorgent d’étudiants perpétuant le mythe du gentleman pratiquant un sport de voyous. “Au pays, les parents ont très souvent les moyens de payer de longues études à leurs enfants. Et les joueurs de rugby sont bien conscients qu’ils ne vivront pas de leur sport en Argentine, où il est encore plus important d’avoir des diplômes que dans les pays plus développés“, constate Gonzalo Quesada, l’ancien Puma aujourd’hui entraîneur en chef du Stade Français, tout nouveau champion du France en Top 14.

 

Lire la suite


>