Angleterre : De nouveaux propriétaires pour les Saracens

C’est une page qui va se tourner aux Saracens. Alors que le club de la banlieue londonienne fait son retour en Premiership, un an après sa relégation administrative pour non-respect du « salary cap » pendant plusieurs saisons, Nigel Wray a décidé de se désengager. L’homme d’affaires britannique, propriétaire des Saracens depuis 1995, a accepté l’offre émise par un consortium d’investisseurs. « Saracens est ravi d'annoncer qu'un consortium d'investisseurs a accepté les termes d'un accord pour l'acquisition d'une participation majoritaire », annonce dans un communiqué le club sacré à trois reprises champion d’Europe. Actuel président des Saracens, Neil Golding est un des membres de ce consortium, qui va permettre une augmentation du capital du club à hauteur de 32 millions de livres (37,4 millions d’euros). Une opération dont l’objectif est de « maintenir le club au sein de l'élite de ce sport pour les années à venir », selon Dominic Silvester, président du groupe d’assurances Enstar. Aux côtés de Dominic Silvester et Neil Golding, qui va conserver une place centrale dans l’organigramme du club, on retrouve plusieurs personnes liées de près ou de loin au rugby.


Pienaar de retour aux Saracens


Joueur des Saracens entre 1997 et 2000, François Pienaar fait un retour au sein du club basé à Watford. Le capitaine de l’équipe d’Afrique du Sud championne du monde sur ses terres en 1995 fait ainsi un retour dans un rôle différent au sein du club qui l’a vu mettre un terme à sa carrière. Propriétaire de la franchise sud-africaine des Sharks, Marco V. Masotti participe également à ce changement de propriétaire des Saracens. « Grâce aux leçons durement apprises à de solides nouvelles procédures en termes de gouvernance, nous sommes parvenus à relever les défis récents auxquels nous avons fait face, a confié Nigel Wray, qui va rester lié au club, dans un communiqué. J’ai donné mon cœur et mon âme au club pendant plus de deux décennies, ayant présidé les Saracens dès les premiers jours du professionnalisme. Toutefois, je ne rajeunis pas et j’ai toujours voulu m’assurer que les Saracens soient entre de bonnes mains pour les générations à venir. Pour montrer notre enthousiasme continu pour l’avenir des Saracens, je conserverai une participation minoritaire significative, bien que passive. » Le club londonien change d’ère mais dans un esprit de continuité.

>