Tuchel n'a pas le temps

reuters

Si Thomas Tuchel a obtenu le poste à Chelsea, c'est aussi qu'il a su dire amen à Roman Abramovitch. Hors de question d'installer une quelconque transition dans la foulée de Frank Lampard, le ton de sa conférence de presse de présentation était très clair : "On doit être prêts à être compétitifs. A Chelsea, on se bat pour des trophées, il n'y a pas le temps d'attendre pour un manager. On joue donc la victoire en FA Cup et on va se préparer pour être absolument compétitifs au plus haut niveau en Ligue des Champions. On veut bâtir une équipe face à laquelle il n'est absolument pas sympathique de jouer, avec assez de confiance pour battre n'importe qui sur deux matchs. C'est possible. Et au début de la saison prochaine, on doit être prêts à réduire l'écart avec Manchester City et Liverpool. Je suis très réaliste."



Et Tuchel de répéter ensuite que, si l'écart était trop important en championnat, il jouerait bel et bien pour "gagner la Ligue des Champions". "Les gens doivent être excités et sentir que l'équipe joue avec une énergie et une atmosphère spéciales. Mais à la fin, à Chelsea, on joue pour les trophées et les titres, c'est l'ADN du club." Le message est bien passé aux oreilles du propriétaire, qui a donc dû apprécier. Une qualification pour la C1 semble aussi une condition non négociable, alors que Leicester est quatrième avec six points d'avance sur les Blues, septièmes de Premier League. Dimanche, contre Burnley (2-0), Tuchel a décroché sa première victoire de manière plutôt convaincante, quatre jours après un premier nul face à Wolverhampton (0-0).

"C'était une performance très complète, a jugé l'ancien coach du PSG après la rencontre. On devait être forts défensivement, face à cette quantité incroyable de longs ballons. On n'a jamais perdu patience, on a contrôlé le jeu, on a obtenu beaucoup d'occasions en jouant haut sur le terrain. Plein de bonnes choses, donc." Comme si l'urgence était déjà réellement suivie d'effets. Comme si Tuchel, au niveau personnel aussi, redécouvrait le plaisir après une fin d'aventure parisienne plus que tendue. "Je veux donner la chance à tout le monde, je ne suis là que depuis quelques jours... Et chaque joueur peut débuter, donc c'est super difficile de choisir." C'est surtout en seconde période que les Blues ont montré un meilleur visage, alors que Tuchel avait décidé à la mi-temps de remplacer Tammy Abraham par Pulisic.

 


 


>