Mercato : MU renonce à Dembélé, Havertz encore trop cher pour Chelsea ?

Panoramic

Les rumeurs fiables 


A deux ans de la fin de son contrat, Kai Havertz veut quitter Leverkusen. Bild affirme que le prodige allemand, auteur de 17 buts et 9 passes décisives toutes compétitions confondues depuis le début de saison, demandé à partir cet été de son club formateur, qui en demande près de 100 millions d’euros. Et c'est là que ça coince. Car si Chelsea est en pole pour accueilli le milieu offensif de 21 ans, après avoir déjà fait signer son compatriote Timo Werner, les Blues souhaiteraient faire baisser le prix demandé par le Bayerrapporte Sky Sports. Ses représentants espèrent toutefois que les positions des deux camps vont pouvoir rapidement se rapprocher. Quoi qu’il en soit, le club londonien devrait avoir à céder plusieurs joueurs pour réaliser cette opération. 

Les rumeurs loin d’être fiables 


Moussa Dembélé pourrait ne plus être Lyonnais la saison prochaine. Avec Houssem Aouar, l’attaquant formé au Paris Saint-Germain, auteur de 16 buts cette saison en Ligue 1, fait partie des joueurs de l’OL les plus courtisés. Notamment de l’autre côté de la Manche, où il a commencé sa carrière professionnelle, à Fulham, avant de rejoindre le Celtic puis la capitale des Gaules. Mais alors que Manchester United l’a supervisé à de nombreuses reprises, les Red Devils auraient abandonné cette piste selon le Daily Star. En cause, les exigences financières du joueur, mais aussi l’émergence de Mason Greenwood, l’attaquant de 18 ans auteur d’un doublé samedi dernier contre Brighton et qu’Ole Gunnar Solskjaer tient en très haute estime. 

Ça va se faire 


Il est de retour ! Ou presque. Parti de Lens pour Chelsea en 2007, alors qu’il n’avait que 16 ans, Gaël Kakuta va bien revenir chez les Sang et Or, après avoir évolué en Angleterre, aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne, en Chine ainsi qu’en Ligue 1 (Dijon et Amiens). L’Equipe rapporte que le club picard, désormais officiellement relégué en Ligue 2, aurait trouvé un accord avec le Racing, dans le cadre d’un prêt payant avec option d’achat obligatoire de 5 millions d’euros si les Lensois parviennent à se maintenir dans l’élite. 

>