Manchester United : Ratcliffe intéressé par un rachat

Vers un énorme coup de tonnerre en Angleterre ? Actuellement, Manchester United est loin de briller avec une place de lanterne rouge en Premier League après 2 journées et autant de défaites au compteur. Propriétaires de United depuis 17 ans, les Glazer envisageraient de vendre une participation minoritaire du club selon Bloomerg et cela n'aurait pas échappé à Jim Ratcliffe, l'homme le plus riche de Grande-Bretagne, propriétaire du groupe Ineos et de l'OGC Nice. Après avoir échoué dans sa quête du rachat de Chelsea en mai dernier, il pourrait rebondir à Old Trafford.

Les Glazer sont contestés par les supporters


"Si le club est à vendre, Jim est clairement un acheteur potentiel", a ainsi affirmé un porte-parole de Ratcliffe au Times ce mercredi, précisant que la prise de pouvoir éventuelle pourrait se faire sur "le long terme". Puis de préciser sa pensée autour de cette éventualité : "Il ne s'agit pas de parler de l'argent qui a été dépensé ou pas dépensé. Jim regarde ce qui peut se faire maintenant, et en sachant à quel point le club est important pour la ville, c'est le bon moment pour un nouveau départ". Les Red Devils, sur le terrain, s'apprêtent à recevoir Liverpool lundi soir (21 heures) dans une ambiance qui pourrait être hostile alors qu'un certain nombre de supporters devraient manifester contre les Glazer devant Old Trafford.

 

 

Une concurrence pour Ratcliffe

La valeur actuelle de Manchester United serait estimée à 6 milliards d'euros mais, d'après Bloomerg les propriétaires actuels seraient déterminés à ne pas céder complètement le contrôle du mythique club anglais. Intéressé par un rachat, l'ex-dirigeant Michael Knighton a affirmé à ITV News son espoir d'"enfumer" Ratcliffe en révélant l'existence de discussions avec des "petits milliardaires" depuis 3-4 mois. "Nous ne sommes pas le grand Sir Jim Ratcliffe. Nous ne disposons pas de ces ressources. Nous ne sommes pas un fonds souverain d'un État nation qui a des revenus pétroliers de deux milliards par jour. Le fait est que quelqu'un devait prendre position", a-t-il notamment affirmé.

 


>