NBA - Suns ou Knicks, qui veut du bonnet d’âne ?

Reuters

« Road to Zion » Cette chanson de Damian Marley et Nas est un peu ce qu’ont les cancres de la NBA en tête : posséder le 1er choix de Draft pour récupérer Zion Williamson. L’ailier fort de Duke allie en effet une force physique phénoménale et une vitesse impressionnante Il est aussi costaud que la plupart des pivots et aussi rapides que la plupart des arrières », comme l’a confié récemment l’un de ses adversaires en NCAA). Et pour avoir le plus de chances de le récupérer et changer le visage de sa franchise, mieux vaut terminer avec le plus de défaites possible. En effet, il n’y ni promotion ni relégation dans cette ligue fermée. Mais attention : à partir de cette saison, terminer lanterne rouge de la saison régulière n’est plus aussi avantageux que par le passé. Une petite révolution faite pour calmer les critiques a été actée.

Zion Williamson


Les saisons précédentes, terminer avec le pire bilan de la Ligue offrait 25% de chances de récupérer le « first pick » contre 19,9% pour l’avant-dernier et 13,8% pour la 28ème équipe sur 30. A partir de cette année, ce système va changer puisque les trois plus mauvaises équipes de la saison régulière auront chacune 14% de chances d’avoir le 1er choix de Draft, 13,4% d’avoir le 2ème choix, 12,7% d’avoir le 3ème choix et 12% d’avoir le 4ème choix. Le seul avantage de terminer 30ème plutôt que 28ème est l’assurance d’avoir au minimum le 5ème choix (47,9% contre 14,8% pour le 28ème par exemple). Ce système va-t-il mettre un terme au « tanking », une pratique peu glorieuse qui pousse les dirigeants à demander à leur coach par exemple de mettre un terme prématuré à la saison des meilleurs joueurs de leur équipe ? Cela ne part pas dans ce sens. 

Les 4 peu Fantastiques

Quatre franchises sont concernées par cette dernière place : New York (10 victoires), Phoenix (11 victoires), Cleveland (12 victoires) et Chicago (13 victoires) mais dur d’imaginer les Bulls perdre plus de matchs que leurs adversaires. En effet, avec un cinq majeur composé désormais par Kris Dunn, Zach LaVine, Otto Porter Jr., Lauri Markkanen et Robin Lopez, Jim Boylen devrait arriver à glaner quelques succès, sauf si sa direction décide de « shutdown » certains d’entre eux. Les trois autres devraient donc logiquement se partager les trois dernières places et les 14% de chances de récupérer le « first pick ». Avec un Kevin Love de retour aux affaires, les Cavaliers semblent un peu plus armés et viennent de battre les Knicks qui sont sur une performance « historique ». En effet, les coéquipiers de Frank Ntilikina, actuellement blessé, sont sur une série de 17 revers de rang, la pire de l’histoire de la franchise, et ont perdu 30 de leurs 32 derniers matchs. 

Et de 17 défaites pour les Knicks : 


Plusieurs bons joueurs des Mavs sont pourtant arrivés dans le cadre de l’échange XXL avec Kristaps Porzingis (Dennis Smith Jr. et DeAndre Jordan et Wesley Matthews) mais ce dernier a déjà été « coupé », tout comme Enes Kanter qui apportait beaucoup de points en sortie de banc. La fin de saison s’annonce très longue pour les fans des Knicks qui pourraient tout de même vivre un été ensoleillé. Les tractations de ces dernières semaines offrent à NY la possibilité de recruter de l’agent libre de très grande qualité, la rumeur Kevin Durant revenant avec insistance. Et avec un Zion Williamson, voire un Ja Morant (Murray St.) ou un RJ Barrett (Duke), à développer, cela pourrait relancer (enfin) la Big Apple.

Le "back-to-back" des Suns ?

Les Suns viseront, eux, le 14 mai prochain, date de la « lottery pick », le doublé après avoir déjà obtenu le 1er choix l’an passé. DeAndre Ayton, malgré son double-double en moyenne pour sa première saison en NBA (16,5 points pour 10,5 rebonds), n’a pas changé le visage de la franchise de l’Arizona qui, en plus, a le malheur d’affronter plus d’équipes de la Conférence Ouest que ses « concurrents ». Phoenix est ainsi sur une série de 14 défaites de suite et l’arrivée lors de la « trade deadline » de Tyler Johnson en provenance du Heat ne devrait pas changer grand-chose. Mais l’effectif du coach Igor Kokoskov est jeune et avec un Williamson pour accompagner Ayton et Devin Booker, Phoenix pourrait bien enfin quitter les limbes de la Conférence Ouest. En attendant, leurs fans, comme ceux des Knicks, vont devoir être stoïques devant les matchs. Une bien triste routine… 

Suns