NBA [J-11] Knicks, dur retour à la réalité ?

beIN SPORTS

Car, malgré tout, NY s’est renforcé
 

La gueule de bois a été sévère au lendemain de l’ouverture de la free agency il y a quelques mois… Pas de Kevin Durant ou de Kyrie Irving qui ont préféré s’unir chez le voisin noir et blanc. Pas non plus de Zion Williamson : malgré la dernière place de la Ligue, NY n’a eu « que » le 3ème choix à la Draft. Pourtant, ses dirigeants ont décidé de mettre la main au portefeuille mais sans pour autant plomber les finances. DeAndre Jordan ou encore Mario Hezonja n’ont pas été prolongés et, pour renforcer un roster très jeune, Taj Gibson, Marcus Morris, Bobby Portis, Elfrid Payton, Reggie Bullock ou encore Wayne Ellington sont venus apporter leur expérience. Que des contrats très courte durée pour avoir de nouveau de la flexibilité dès l’été prochain. Seul un joueur a eu le droit à un contrat plus intéressant…

Car Julius Randle est arrivé
 

Et ce joueur n’est autre que Julius Randle qui a paraphé un bail de 37 millions de dollars sur deux ans (avec une troisième année non garantie). Son exercice réussi avec les Pelicans lui permet ainsi de devenir l’option offensive n°1 de David Fizdale dans la Big Apple. Pourra-t-il faire mieux que sa meilleure saison à 21,4 points, 8,7 rebonds et 3,1 assists par match ? Il n’aura en tout cas pas vraiment le droit à l’erreur car, contrairement au poste de pivot, le poste 4 est désormais extrêmement (qui a dit trop ?) fourni avec Portis, Gibson et Morris qui rodent mais qui peuvent également glisser à d’autres postes. Une chose est sûre : on devrait continuer à le voir shooter du parking après être passé de 22,2 à 34,4% derrière l’arc-de-cercle l’an passé en Louisiane.

Car la block party de Mitchell Robinson est très attendue

 

Certes, les supporters des Knicks peuvent rapidement s’enflammer au sujet d’un joueur mais la « hype » autour de Mitchell Robinson est loin d’être volée. C’est simple : drafté en 36ème position l'an passé, le pivot de 21 ans est attendu pour devenir dès cette saison l’un des meilleurs contreurs de la Ligue. Lors de sa saison rookie, il n’a cessé de grappiller du temps de jeu pour devenir indiscutable dans le cinq avec un bilan de 7,3 points, 6,4 rebonds et déjà 2,4 contres par rencontre en seulement 20,6 minutes. Et il l’a promis cet été : il va tirer de loin à la rentrée et faire attention à ne pas rapidement collectionner les fautes ! S’il parvient à être aussi efficace offensivement et aussi menaçant en défense, la fameuse « breakout season » ne sera vraiment pas loin…

Ntilikina aura-t-il vraiment sa chance ?

Les images des belles performances de Frank Ntilikina avec les Bleus à la Coupe du Monde ont bien traversé les frontières. Mais cette compétition internationale est peut-être arrivée un peu tard pour l’ancien Strasbourgeois qui a vu arriver cet été, certainement à son désarroi, un autre meneur pour suppléer Dennis Smith Jr., qui avait lui débarqué lors du mega trade de Kristaps Porzingis du côté de Dallas… Moins puissant mais meilleur passeur (7,6 assists l’an passé avec New Orleans), Elfrid Payton sera en effet « back up » de DSJ selon toute vraisemblance.

Même si David Fizdale a laissé entendre qu’une véritable bataille à trois va débuter à l’occasion de la pré-saison : « Absolument, Frank est dans la lutte pour le poste de meneur de jeu. Je pense que ça va être une super bataille, ils vont se pousser les uns, les autres. Je pense qu’ils vont se battre comme des fous. Et Frank a sans aucun doute son mot à dire là-dedans. Il aura toutes les opportunités de jouer ces minutes et de se battre pour avoir ces minutes comme les deux autres gars. » Lui et le front office auraient donc vraiment décidé de remettre les cartes à plat ? Selon un insider new-yorkais, ils n’auraient, en réalité, même pas encore décidé s’ils levaient la « team option » à 4,8 M$ du Tricolore…


Mitchell Robinson, Kevin Knox, Julius Randle ? Non, le visage des Knicks de ses prochaines années vient du Canada et s’appelle RJ Barrett ! La déception de ne pas avoir tiré le gros lot avec Zion digérée, les Knicks ont accueilli avec grand plaisir son compère à Duke. Capable de jouer à l’aile, c’est à l’arrière que le natif de Toronto va débuter la saison le 24 octobre face aux Spurs. Avec pour concurrents Damyean Dotson et Allonzo Trier, Barrett aura rapidement beaucoup de temps de jeu pour démontrer l’étendue de son talent.

On l’a dit, en l’absence de star dans l’équipe, les clés du camion lui seront rapidement données alors que Dennis Smith Jr. a déjà affirmé qu’il ferait tout pour que son coéquipier de 19 ans soit nommé rookie de l’année. Même si le Francophone devra pour cela « passer sur le corps » de son grand ami Zion. « NBA Ready » sur le plan physique (2m01 pour 92kg), le filleul d’un certain Steve Nash devra gérer l’énorme pression new-yorkaise qui attend le renouveau de son équipe depuis maintenant une vingtaine d’années…

Meneurs : Dennis Smith Jr., Elfrid Payton, Frank Ntilikina
Arrières : RJ Barrett, Wayne Ellington, Damyean Dotson, Allonzo Trier
Ailiers : Kevin Knox, Marcus Morris, Reggie Bullock, Ignas Brazdeikis
Ailiers forts : Julius Randle, Taj Gibson
Pivots : Mitchell Robinson, Bobby Portis 

12ème de la Conférence Est
 

Avec leur marché estival malin à défaut d’être flamboyant, les Knicks ont largement les moyens de glaner les 30 succès à l’Est et éviter le Top 3 des cancres. En revanche, pour les Playoffs, à moins d’un petit miracle, il faudra encore attendre quelques mois pour se prendre à rêver.