NBA - Edwards, Cunningham, ... Les pépites prêtes à exploser cette saison !

beIN SPORTS

Les pronostics sont ouverts : qui sera la révélation de la saison en NBA ? A une semaine du début de la saison régulière sur beIN SPORTS, voici une sélection de 8 jeunes joueurs qui risquent de faire parler d’eux lors des prochaines semaines. Entre rookies et gros « prospects » qui n’ont pas encore fait complètement exploser les compteurs. 

Cade Cunningham (Detroit Pistons)

Comment ne pas commencer par le choix n°1 de la dernière Draft ? A peine arrivé aux Pistons et Cade Cunningham est déjà quasiment le meilleur joueur de son équipe, même si Jerami Grant reste sur une belle saison. Meneur de grande taille (2m03), Cunningham a les aptitudes physiques pour évoluer en tant qu’ailier, c’est dire son potentiel. Considéré comme « NBA ready », c’est-à-dire capable de rivaliser physiquement et de produire statistiquement dès ses premières minutes passées dans la Grande Ligue, le Texan va former avec le Français Killian Hayes l’un des duos d’arrières les plus intrigants cette saison. Le tout sans énormément de pression de résultats, Detroit étant bien parti pour une saison dans les bas-fonds de la Conférence Est. 

Monclar : "Hayes et Cunningham à surveiller à Detroit"

Robert Williams (Boston Celtics) 

L’heure de Time Lord est arrivée ! Un tel surnom pourrait révéler un caractère mégalo pour le pivot des Celltics mais la réalité est toute autre : c’est un professionnel du retard ! Au point de rater sa conférence de presse virtuelle lors de sa présentation car il s’était endormi… Mais, lorsqu’il est sur le terrain et en forme, Robert Williams est un phénomène physique ! Sa place dans le 5 majeur semble acquise, le retour d’un Al Horford sur le déclin ou la présence d’Enes Kanter n’étant pas une réelle menace. A l’instar d’un Rudy Gobert, l’intérieur de 23 ans a toutes les qualités pour intimider les attaquants à l’abordage de la raquette verte. En 18,9 minutes de moyenne l’an passé, il tournait à 6,9 rebonds et 1,8 contre en moyenne. Habitué de l’infirmerie bostonienne, Time Lord a annoncé s’être renforcé musculairement cet été et tout l’enjeu pour lui sera de rester en forme pour sa 4ème saison. La « block party » sera peut-être à l’honneur à Boston cette saison !  

 

Anthony Edwards (Minnesota Timberwolves) 

Les amateurs de NBA Extra le connaissent déjà très bien : Anthony Edwards est un habitué aux Top 10 avec des dunks d’une rare violence ! N°1 de la Draft en 2020, l’ailier de 20 ans avait déjà montré une partie de son énorme potentiel après le All-Star Break (23,8 points de moyenne à 45,4% au tir), au point de concurrencer LaMelo Ball pour le titre de rookie de l’année. Mais le spectaculaire meneur des Hornets, candidat lui aussi à une énorme saison, avait eu le dernier mot. Très solide en défense (il vise entre 2 et 3 interceptions par match cette année), Edwards devrait encore augmenter sa production statistique au sein d’une équipe de Minnesota revancharde. Son trio avec Karl-Anthony Towns et D’Angelo Russell, deux joueurs qui ont enchaîné les blessures l’an passé, pourrait faire très mal aux défenses adverses. 

Le Top 10  de ses plus beaux dunks : 


 

OG Anunoby (Toronto Raptors) 
 

La hype d’OG Anunoby est indéniable dans le Grand Nord ! De retour à Toronto après un passage maussade à Tampa Bay, les Raptors attendent de leur ailier de 24 ans qu’il réalise une « breakout season ». Sa montée en puissance statistique est indéniable depuis son arrivée dans la Ligue il y a 4 ans et ses responsabilités offensives devraient augmenter, notamment lors d’un début de saison sans Pascal Siakam. Natif d’un quartier de Londres, le Britannique est très apprécié par Nick Nurse qui a bien compris qu’il n’était pas qu’un simple « 3 and D », un gros défenseur capable de mettre des gros tirs à 3-points (presque 40% en moyenne l’an passé) en « catch-and-shoot », c’est-à-dire sans dribbler avant de prendre son tir. Désormais, Anunoby devrait avoir des ballons en isolation et il ne serait pas étonnant de le voir régulièrement meilleur scoreur des Raptors et embrasser un nouveau statut de leader. 


Le duo Kevin Porter Jr. et Jalen Green (Houston Rockets)


Si Jalen Suggs risque de faire beaucoup parler de lui cette saison au Magic, un autre rookie fait également saliver moult observateurs : Jalen Green ! A l’instar de Detroit, c’est même toute la traction arrière de Houston qui fera rapidement le buzz. Délesté du poids d’une éventuelle concurrence avec John Wall, Kevin Porter Jr. a, à 21 ans, déjà les clés du camion aux Rockets. Son parcours est l’un des plus étonnants du moment, lui qui est passé de bad boy à Cleveland à véritable détonateur au Texas ! En 23 matchs, il a compilé 16,7 points et 6,4 passes à la mène, lui qui évoluait en tant qu’arrière chez les Cavs. Porter Jr. sera notamment chargé de créer des décalages pour Jalen Green, considéré outre-Atlantique comme le favori pour le titre de rookie de l’année. Il faut dire que ce combo-guard s’est déjà frotté de loin à la NBA en évoluant pour une équipe de G-League l’an passé. Green devrait rapidement atterrir dans vos Top 10 toute l’année avec des gros cartons offensifs en perspective, même si du déchet devrait être aussi au rendez-vous. Que le spectacle commence à Houston ! 

 

Tyrese Haliburton (Sacramento Kings)

C’était Showtime l’an passé à Sacramento grâce à cet homme ! Troisième au titre de rookie de l’année, Tyrese Haliburton n’a pas usurpé sa place. Son style si particulier a donné le sourire tous les soirs aux supporters des Kings qui n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent niveau plaisir depuis quelques années. Sa blessure au genou gauche, qui l’avait privée de la fin de saison, semble bien derrière lui, tout comme les rumeurs de départ. En effet, son nom avait évoqué pour un potentiel trade qui l’aurait envoyé en compagnie de De’Aaron Fox à Philadelphia en échange de Ben Simmons. Mauvaise nouvelle pour les défenses adverses : Haliburton a annoncé avoir pris du muscle cet été, ce qui pourrait lui donner du temps de jeu sur l’aile, et s’est beaucoup penché sur son tir à 3-points. Sachant que lors de sa première saison, il tournait déjà à 40,9% de loin avec 2,1 paniers primés inscrits par match (pour 13 points en moyenne)… 


Jaren Jackson Jr. (Memphis Grizzlies) 


Jaren Jackson Jr. est peut-être celui qui joue le plus gros cette saison parmi tous les joueurs cités ! Le Triple J a un nouveau contrat à aller chercher pour sa 4ème année dans la Ligue. Son potentiel est l’un des plus impressionnants de la NBA mais c’est physiquement que cela coince pour le moment, au grand dam des fans des Grizzlies qui n’ont eu la chance de le voir qu’à 11 reprises en saison régulière l’an passé sur les parquets. Le temps pour lui d’aider Memphis à se qualifier pour le Playin puis les Playoffs. Mais l’ailier fort de 22 ans n’a pu empêcher la défaite logique des siens au premier tour face au Jazz (1-4). Sa préparation estivale s’est effectuée sans heurt et sa blessure au genou gauche semble être de l’histoire ancienne pour ce monstre défensif capable de défendre dur sur tous les postes. A lui d’éviter de rapidement faire des fautes et d’échapper à la case infirmerie et Memphis pourra rêver de jours meilleurs avec son duo avec Ja Morant… 


 


>