Marchand vers un programme très chargé à Paris 2024

Panoramic

Si tous les Français ne le connaissaient peut-être pas encore il y a un mois, Léon Marchand est entré par la grande porte dans l’histoire du sport tricolore en devenant champion du monde du 200m 4 nages et du 400m 4 nages lors des Mondiaux de Budapest il y a deux semaines, à seulement 20 ans. Le Toulousain ne regrette évidemment pas d’être parti s’entraîner aux Etats-Unis avec Bob Bowman, l’ancien coach du mythique Michael Phelps. Et il a de grandes ambitions pour la suite. Dans une interview accordée ce mercredi à L’Equipe, la nouvelle star de la natation française évoque ses objectifs, et notamment ceux pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024. « J’aimerais bien ajouter des courses, multiplier les émotions. M’améliorer sur 200m pap’, gratter des secondes pour peut-être un jour me battre avec Milak, explique celui qui, en plus de ses deux médailles d’or mondiales, en a ajouté une en argent sur le 200m papillon derrière le Hongrois Kristof Milak, auteur du record du monde avec plus de trois secondes d’avance sur Marchand. Pour Paris, le programme parfait comporterait le 200m 4 nages, 400m 4 nages, 200m papillon, 200m brasse et 200m crawl. Plus les relais. »

Rendez-vous à Fukuoka en 2023


Pour assurer ce programme chargé, Léon Marchand a besoin d’un peu de repos, et c’est pourquoi il a annoncé dès la fin des Mondiaux qu’il ne participerait pas aux championnats d’Europe, du côté de Rome du 11 au 21 août. « A la base, je voulais les faire, reconnait Marchand. Maintenant que je suis champion du monde, je pense que j’aurais eu des chances de médaille. On s’est posé la question avec Bob, mais il fallait que je sois à Tempe (dans la banlieue de Phoenix en Arizona, ndlr) le 17 août pour ma rentrée universitaire. Rome n’est pas l’étape la plus importante jusqu’aux Jeux de Paris. Et j’ai l’impression que Bob a compris que j’avais besoin de faire une pause ». On devrait ainsi le retrouver au meilleur de sa forme pour les Mondiaux de Fukuoka en 2023, et bien sûr à Paris en 2024.

>