PSG - Mbappé doit aller au Real "si c'est son rêve", juge Papin (à l'AFP)

Panoramic

"Un joueur, s'il a des rêves, il doit les réaliser. Si son rêve c'est de jouer au Real Madrid, il faut qu'il y aille sinon il le regrettera toute sa vie", a déclaré l'ancien Ballon d'Or en marge de la présentation à Tourcoing (Nord) du nouveau ballon de la Ligue 1. En fin de contrat au PSG, avec qui il a décroché son cinquième titre de champion de France cette saison, l'actuel meilleur buteur de L1 (25 buts) est courtisé par le Real mais Paris espère encore pouvoir retenir sa pépite. Le joueur de 23 ans, qui avait failli rejoindre Madrid l'été dernier, entretient le suspense sur son avenir depuis plusieurs mois, mais a promis un dénouement "bien avant" les matches de l'équipe de France en juin. Le Bondynois n'a jamais caché son admiration pour le club madrilène, qui rêve de l'associer à un autre attaquant français, Karim Benzema.

Interrogé sur les performances actuelles de l'avant-centre madrilène (44 buts cette saison, dont 15 en Ligue des champions), Papin s'est montré impressionné. "La saison de Karim (Benzema) est vraiment magnifique. C'est le vrai capitaine de cette équipe, c'est le vrai buteur. C'est l'homme le plus influent de son équipe car à chaque fois qu'il n'est pas là, ce n'est pas la même chose. Marquer autant de buts en Ligue des champions, c'est juste exceptionnel. Karim, c'est un monstre cette année", a affirmé à l'AFP l'ancien buteur de 58 ans, qui entraînait Chartres cette saison en National 2 (4e division).

"Je lui souhaite de devenir Ballon d'Or. S'il gagne la Ligue des champions, il sera Ballon d'Or, et même s'il ne la gagne pas, il a un avantage. (Mohamed) Salah et (Sadio) Mané, ce n'est pas pareil...", a expliqué le natif de Boulogne-sur-Mer, sans se prononcer sur l'issue de la finale Liverpool-Real Madrid programmée le 28 mai au stade de France, à Saint-Denis. "J'aurais dit Liverpool sauf que le Real Madrid vient d'éliminer deux clubs anglais, et de quelle manière! Je pense que ça va être un beau match, et si j'étais espagnol, je dirais: +jamais deux sans trois+", a-t-il souri.


>