OM-PSG : Un Classique pas si déséquilibré ?

Reuters

C’est désormais de l’histoire ancienne. Avec sa victoire 1-0 au Parc des Princes l’an dernier, l’OM a mis fin à une inédite série de 20 matchs sans victoire face au PSG, mais aussi aux phrases comme : « La dernière fois que Marseille a battu Paris, Kylian Mbappé avait 12 ans ». Mais les Parisiens ont depuis enchaîné deux succès consécutifs face à leurs rivaux, en janvier lors du Trophée des champions (2-1), pour le premier titre en tant qu’entraîneur d’un Mauricio Pochettino arrivé quelques jours plus tôt, puis en février au Vélodrome, où ils s’étaient imposés 2-0.

> Pochettino : "Icardi est fort psychologiquement" <



Cette dernière victoire, pour le 100e match entre les deux clubs, a permis au PSG de revenir à égalité au nombre de victoires en championnat (32, pour 19 nuls). En revanche, si on prend en compte toutes les compétitions, à commencer par la Coupe de France (11 victoires à 1), les Parisiens ont l’avantage (46 victoires, 20 nuls et 34 défaites). Sauf que rien ne tout cela ne comptera dimanche soir dans un stade Vélodrome en fusion, avec des supporters de retour et qui s’enflamment pour cette équipe, grâce au jeu offensif prôné par Jorge Sampaoli. Le bouillant technicien argentin, au caractère opposé à celui de son compatriote et homologue du PSG, va vivre son tout premier « Classique », et il n’est pas le seul.

Rongier : "Ils n’aiment pas défendre"


Car celui qui est le plus attendu dimanche soir est aussi de nationalité argentine, mais évolue dans le camp d’en face. Lionel Messi sera ainsi scruté de près pour son premier OM-PSG, dans une enceinte où la sécurité va être particulièrement renforcée pour éviter les incidents, avec notamment l’installation de filets de protection supplémentaires. Et Dimitri Payet ainsi que son président Pablo Longoria ont appelé le public au calme. S’il a signé un doublé salvateur mardi contre Leipzig en Ligue des champions, le sextuple Ballon d’or est lui encore en phase d’intégration au sein de cette équipe parisienne qui se cherche aussi, et ne donne pas tous les gages de sureté malgré un bilan comptable presque parfait, et une place de leader en L1 comme dans son groupe de Ligue des champions. Les Marseillais, remontés sur le podium après leur victoire contre Lorient (3-1), ont-ils les moyens d’en profiter ?

"On peut les déstabiliser en ayant le contrôle du jeu, parce qu’ils n'aiment pas défendre. Ils sont dangereux offensivement mais si on arrive à obtenir la possession, cela peut être compliqué pour eux", a déclaré Valentin Rongier en conférence de presse, estimant qu’il était possible de reproduire le "bel exploit collectif" de l’an dernier. Pour ce faire, Sampaoli disposera de l’intégralité de son effectif et notamment de ses principales forces offensives, Payet et Milik. Et il devrait aligner Caleta-Car d’entrée pour un troisième match d’affilée. Le défenseur croate pourrait avoir affaire à Neymar, remis de sa blessure aux adducteurs, et donc à la « MNM ». Et la dernière fois que le Brésilien, Mbappé et Messi ont débuté un match ensemble, le PSG s’était incliné, à Rennes (2-0). L’exemple à suivre pour l’OM ?

>