Les grandes ambitions de Lille avec Paulo Fonseca

AI / Reuters / Panoramic

Malgré une jolie campagne européenne ponctuée d'un huitième de finale contre Chelsea en Ligue des champions, la dixième place en Ligue 1, un an après le titre décroché par Christophe Galtier, a été fatale à l'entraîneur breton, pourtant très apprécié par ses joueurs mais dont le style jugé trop frileux n'a pas plu aux actionnaires du club nordiste. L'un d'eux, l'Italien Alessandro Barnaba, a alors pris les choses en main pour attirer Fonseca, ancien entraîneur de Porto, Braga, du Shakhtar Donetsk et de l'AS Rome, qu'il avait quittée au printemps 2021.

Le technicien de 49 ans a alors affiché son ambition d'entrée lors de sa conférence de présentation le 30 juin : "Je suis un entraîneur avec des idées différentes. On sait qu'il faudra un peu de temps pour que le club s'adapte à mes idées. On veut avoir une équipe forte, avec une forte identité, une équipe qui domine le match, qui produit un joli football. On veut aussi une équipe qui se bat jusqu'au bout, jusqu'à la dernière minute, qu'on affronte le PSG ou un autre club."

"On veut être ambitieux"

"On sait que le championnat est très difficile avec beaucoup de grandes équipes. Mais on veut être ambitieux et rendre fiers nos supporters", avait-il ajouté. Fonseca devra toutefois faire avec un effectif de moindre qualité car l'heure est plutôt au dégraissage du côté du Domaine de Luchin. Les départs du défenseur central Sven Botman, du latéral droit Zeki Celik et celui du milieu Renato Sanches, pas encore finalisé, vont être très difficiles à pallier. Preuve que l'heure est plutôt à l'austérité, le Losc s'est renforcé principalement avec des joueurs libres comme le latéral Akim Zedadka et les milieux Jonas Martin et Rémy Cabella. Les Dogues ont toutefois de l'ambition et ont cassé leur tirelire pour s'offrir l'attaquant clermontois Mohamed Bayo, amené à remplacer le Turc Burak Yilmaz.

"Beaucoup d'équipes auront plus de moyens que nous donc on aborde cette saison avec humilité. Ce que je veux, c'est une équipe qui ait de la personnalité, du tempérament, du cœur. On recherche des hommes avant des joueurs, avec cet esprit de combat qui est très important pour nous. On fera le point au bout de cinq matches puis au bout de quinze matches et l'ambition vient au fil des rencontres", a d'ailleurs expliqué le président lillois Olivier Létang.

"Les joueurs sont à l'écoute"

Paulo Fonseca va donc essayer de transformer l'équipe lilloise pour la rendre plus dominante et attrayante. Il veut que ses joueurs jouent haut et contrôlent la possession. Les prémices de sa méthode ont pu être observés lors des matches de préparation organisés en Espagne. "J'ai vu des signes très positifs concernant ce qu'on travaille à l'entraînement. On a fait des choses très intéressantes, a souligné le technicien portugais auprès de l'AFP. On change presque tout, c'est très différent de ce à quoi ils étaient habitués donc il faudra du temps pour intégrer mes principes. La route est encore longue, on doit encore beaucoup progresser mais les joueurs sont à l'écoute, travaillent dur et ils tentent des choses, c'est le plus important."

Le Losc a notamment du travail en défense car il a encaissé beaucoup de buts lors des rencontres amicales, notamment en contre, face à Bruges (défaite 4-3), Las Palmas (2-2) ou l'Espanyol Barcelone (défaite 2-0). Les Nordistes ont toutefois affiché de nets progrès vendredi lors du succès (1-0) contre Cadix, réalisant une première période séduisante. "On a encore du travail mais les joueurs font beaucoup d'efforts et ont compris ce qu'on voulait mettre en place, a affirmé à l'AFP le natif de Maputo (Mozambique). Il manque encore des automatismes mais je suis persuadé qu'on sera prêt pour le premier match (de la saison de Ligue 1, ndlr) face à Auxerre."


>