Real Madrid : Le successeur de Zidane déjà connu ?

Un véritable serpent de mer. Et qui ne date pas de cette saison. A chaque nouvelle défaite du Real Madrid ou presque, Zinedine Zidane est annoncé sur le départ. Ce fut le cas début décembre, après un nouveau revers inquiétant contre le Shakhtar Donetsk en Ligue des champions et une série de résultats décevants, et cela a recommencé la semaine dernière. Battu par l’Athletic Bilbao en demi-finale de la Supercoupe d’Espagne (1-2), le club merengue a subi six jours plus tard une élimination humiliante en seizièmes de finale de la Coupe du Roi face à Alcoyano (2-1, a.p.), pensionnaire de troisième division doté d’un gardien quadragénaire.


La saison dernière, Zidane avait évacué ces rumeurs de départ en finissant la saison en trombe, remportant son deuxième titre de champion d’Espagne en tant qu’entraîneur. Et en décembre, il a éteint le feu en enchaînant six succès de rang, dont un face au Borussia Mönchengladbach (2-0) qui a permis au Real de décrocher à la dernière journée de la phase de poules sa qualification pour les huitièmes de finale de la C1. Mais il trouve aujourd’hui de moins en moins de défenseurs, malgré le large succès de samedi dernier sur la pelouse d’Alaves (1-4). Car si son club (2e) possède au classement de la Liga trois longueurs d’avance sur son éternel rival barcelonais (3e), il pointe à sept longueurs, avec un match de plus, du leader, son voisin de l’Atlético.



Raul, la seule solution viable ?


Mais son remplacement ne serait pas pour tout de suite, à moins d’une catastrophe. Et ce n’est pas uniquement parce que "Zizou" a remporté trois fois consécutivement la Ligue des champions, et la Liga à deux reprises. L’aspect financier entre forcément en jeu. Car un licenciement en cours de saison et le débauchage d’un nouvel entraîneur ne serait pas une bonne nouvelle pour les finances du club, déjà très impactées par la crise sanitaire. Et puis aucun candidat naturel ne se dégage. D’après AS, le président madrilène Florentino Perez aurait voulu faire revenir José Mourinho ou débaucher Mauricio Pochettino. 


Sauf que le Portugais est bien à Tottenham, et que l’Argentin vient de s’engager au Paris Saint-Germain. Et alors que Massimiliano Allegri ne ferait pas l’unanimité, la seule solution viable, aujourd’hui, serait de promouvoir Raul, comme Zidane en son temps. Véritable légende du club, dont il est le joueur à avoir disputé le plus de matchs (741 entre 1994 et 2010), l’ancien attaquant a fait ses gammes auprès des équipes de jeunes du Real et il est en charge depuis l’été 2019 du Castilla, une équipe réserve qui pointe actuellement au cinquième rang de la Segunda B. Et s’il serait encore jugé trop tendre pour être lancé dans le grand bain, l’histoire sera peut-être différente en fin de saison.


>