L'agent de Bale trouve "honteux" le traitement des fans du Real Madrid envers son joueur

Reuters

"Selon moi, il n'a pas été traité correctement pour quelqu'un qui a tant donné pour un grand club", a déclaré Jonathan Barnett, l'agent du joueur, à la BBC. "Je pense que quelqu'un qui a réalisé ce qu'il a réalisé pour le club devrait mériter un meilleur traitement", a ajouté l'agent, en référence aux huées souvent essuyées par le Gallois lors de ses apparitions sous le maillot madrilène. "Je ne veux blâmer personne ni rentrer dans ce jeu. Je pense que ce que les fans ont fait est honteux et que le club n'a pas aidé", a encore dit Jonathan Barnett.

"J'espère que la question (d'un éventuel retour au Real) ne se posera pas"

"J'espère que la question (d'un éventuel retour au Real) ne se posera pas et qu'il aura un tel succès dans son ancien club --avant d'aller au Real, Bale a porté les couleurs de Tottenham de 2007 à 2013-- qu'il voudra rester et que cela sera une simple formalité", a-t-il conclu. Arrivé au Real Madrid comme le joueur le plus cher de l'histoire --100 M EUR-- et l'héritier de Cristiano Ronaldo en 2013, l'attaquant gallois Gareth Bale (31 ans) va retourner à Tottenham après sept années de déceptions, de rendez-vous manqués, et de trop rares coup d'éclats chez les "Merengue".

Avec ce prêt d'un an chez les Spurs, le Real Madrid s'est enfin débarrassé d'un de ses plus hauts salaires (environ 30 M d'EUR par an), et d'un joueur peu aimé des fans qui n'a justifié que par intermittence sa valeur sur le terrain. Bale a subi 33 blessures en sept saisons et a été absent 403 jours au total à cause de ses pépins physiques, soit plus d'une année. Ses convalescences à répétition ont contribué à créer autour du joueur un climat de scepticisme, voire d'hostilité. Bale a pourtant inscrit 105 buts en 251 matches et remporté 13 trophées en 7 ans sous le maillot du Real Madrid. Et signé quelques coups d'éclat, comme ce but somptueux en finale de Ligue des champions 2018 contre Liverpool, d'un superbe retourné acrobatique.

Bale : "C'est ici que je me suis fait un nom" :