PGA Championship : McIlroy en tête, Woods en danger

Panoramic

Les spécialistes le savent : dans un grand jour, Rory McIlroy est capable de tout. Le champion nord-irlandais de 33 ans avait rappelé sa capacité à se transcender le mois dernier lors du Masters d'Augusta, qu'il avait terminé en boulet de canon, sans pour autant parvenir à déloger Scottie Scheffler. Cette fois, l'ancien numéro 1 mondial avait décidé de frapper fort d'entrée. Profitant de conditions idéales (le vent, qui s'est mis à souffler ensuite, a posé beaucoup de problèmes aux concurrents en lice l'après-midi sur le green de Tulsa), McIlroy, parfait au putting comme au driving lors de ce premier tour, est logiquement le premier leader de ce PGA Championship qui a démarré jeudi dans l'Oklahoma. Double vainqueur de l'épreuve (en 2012 et 2014), le natif de l'autre Hollywood (en Angleterre, dans le Worcestershire) a notamment aligné quatre birdies d'affilée, entre les trous 12 et 15. Avec une carte de 65 (-5), il devance pour le moment d'un coup les deux Américains Will Zalatoris et Tom Hoge. De quoi avoir le sentiment du devoir accompli. "C'est un excellent début. C'était bien de prendre ce bon départ et de faire en sorte que ça dure."

Scheffler démarre doucement, Woods en danger


Immense favori de cette deuxième levée du Grand Chelem, Scheffler aurait aimé pouvoir se réjouir lui aussi de cette première journée. Cela n'a pas été vraiment le cas. Le jeune Américain qui rêve de devenir le premier golfeur depuis Jack Nicklaus en 1975 à remporter le Masters et le PGA Championship la même année a dû se contenter d'une première carte de 71. Il occupe la 38eme place uniquement pour le moment. Si Scheffler n'est pas au mieux, Tiger Woods, lui, peut trembler. Pour sa deuxième apparition après le Masters, quinze mois après ce terrible accident de voiture dans lequel il avait été tout près de perdre sa jambe droite, le quintuple vainqueur en Grand Chelem est passé au travers. Seulement 99eme avec une carte de 74 (+4), "le Tigre", conscient d'être très loin de son meilleur niveau, a avoué après-coup que sa jambe droite le gênait beaucoup. "Je ne peux pas vraiment pousser dessus. Cela me fait mal de m'appuyer dessus, de marcher, de la plier. De faire du golf en gros." La sortie se profile peut-être pour Woods, en danger après ce premier tour.

>