Le conseil de classe des clubs français

Panoramic

Félicitations pour Paris 

Pour la quatrième année consécutive, le PSG s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Les Parisiens ont réalisé un quasi sans-faute (4 victoires, 1 nul et une défaite) lors de cette phase de poule. Seul faux pas, un revers (1-0) sur la pelouse du Real Madrid, leader du groupe. Seul club français à être qualifié pour la suite de la compétition, Paris s’est aussi démarqué en étant la meilleure défense de la compétition avec un seul petit but encaissé. Côté attaque, le bilan est également très prometteur avec au moins deux buts inscrits par match (sauf lors des oppositions face au Real). Le seul véritable regret sera d’ailleurs ce nul (0-0) sans grand spectacle concédé à domicile contre les Madrilènes.

Mention bien pour Marseille 

La campagne européenne de l’OM avait très bien débutée avec une large victoire (3-0) face aux Néerlandais de Groningen. Une joie de courte durée puisque dès la deuxième journée, les Olympiens se feront surprendre à domicile par le Slovan Liberec (0-1). Après un match à rebondissements, les Phocéens tomberont de nouveau, cette fois-ci face à Braga (3-2). Deux défaites non sans conséquences pour Marseille. Car malgré un sans-faute lors des quatre dernières journées, l’OM termine finalement deuxième du groupe, derrière les Portugais. Une place qui leur garantit un tirage plus compliqué mais n’entache en rien leur parcours plus que positif.

Encouragements pour Saint-Etienne 

Les Verts s’améliorent d’année en année. Eliminés en barrages il y a deux ans, puis lors de la phase de groupe la saison dernière, l’ASSE poursuit sa progression avec une qualification pour les seizièmes de finale. Adeptes du partage des points en Ligue Europa, les hommes de Christophe Galtier ont repris leurs bonnes vieilles habitudes avec trois matchs nuls en six rencontres (deux contre Rosenborg et un contre la Lazio). Mais les Stéphanois sont parvenus à décrocher deux succès importants face au Dnipro Dnipropetrovsk, finaliste de la dernière édition. Deux victoires précieuses qui permettent au club du Forez de terminer deuxième et de poursuivre l’aventure.

Avertissement pour Monaco, Lyon et Bordeaux

Au fond de la classe, on retrouve tout d’abord Lyon. Satisfaits au moment du tirage, les Lyonnais ont vite déchanté. Alors qu’ils se trouvaient dans un groupe largement à leur portée, les Gones sont passés totalement au travers. Bilan : quatre défaites dont trois à domicile, un nul et une seule victoire acquise lors du dernier match, seulement pour sauver l’honneur. Car dès la cinquième journée, l’avenir de Lyon était déjà scellé. Hors course pour les places qualificatives pour les huitièmes de finale, les Rhodaniens n’ont même pas pu batailler pour la Ligue Europa. Ils terminent finalement derniers du groupe avec cette impression de n’avoir jamais eu le niveau européen.

Autre « cancre », l’AS Monaco. Quart de finalistes de la Ligue des Champions la saison passée, les Monégasques ont connu une première désillusion en août dernier avec une élimination lors des barrages de la C1 face à Valence. Reversé en Ligue Europa, le club de la Principauté pouvait nourrir de grandes ambitions dans cette compétition plus qu’abordable. Dans leur groupe, seul Tottenham semblait supérieur. Pourtant, Monaco termine cette phase de groupe avec une seule victoire au compteur (face à Qarabag). Incapable de gagner chez les Azerbaidjanais, l’ASM est également tombée à domicile contre Anderlecht. Une défaillance totale ponctuée par une lourde défaite à Tottenham (4-1) alors que la qualification était toujours envisageable. Plus que des regrets, c’est aujourd’hui un sentiment de honte qui plane au-dessus du Rocher.

Pour Bordeaux, la situation est tout autre. Déjà en grande difficulté en championnat, les Girondins ont tenté de s’aérer l’esprit avec la Ligue Europa. Cela avait plutôt bien débuté avec un nul prometteur décroché face à Liverpool, seul véritable poids lourd du groupe (1-1). Mais par la suite, les Bordelais ont enchainé les contre-performances (nul à Kazan, défaite à domicile contre Sion). De quoi hypothéquer leurs chances de qualification pour les seizièmes de finale. Mais la priorité semblait de toute façon ailleurs.