La réponse négative de la FIFA à l’Algérie

Panoramic

Les Camerounais peuvent commencer à souffler. Si tant est qu’ils aient vraiment tremblé. La FIFA vient de donner une première réponse en ce qui concerne le recours algérien pour faire rejouer le match barrage du 29 mars dernier et qui s’est soldé par le succès de la bande à Song au bout de la prolongation (2-1 a.p.). Et cette réponse suggère que le résultat de la partie est définitivement entériné.

 

La commission d’arbitrage des instances internationales a confirmé que le match s'est déroulé dans les règles et qu'il n'y avait aucun souci technique à signaler. Même si un verdict en bonne et due forme est toujours en attente, le dossier parait donc être clos, au grand dam des supporters algériens qui croyaient fort en un verdict favorable, allant même jusqu’à manifester en nombre devant le siège de la FIFA à Zurich. Les Lions Indomptables, eux, peuvent préparer leur voyage au Qatar.

 

C'est la FAF, elle-même, qui a fait part de l'annonce à travers un communiqué sur son site officiel. Sans faire mention d'une réponse négative, elle a fait savoir que la FIFA n'a pas donné suite à sa demande : "En réponse à la réclamation introduite auprès de la Commission des Arbitres de la FIFA concernant le match barrage retour Algérie – Cameroun du 29 mars 2022 qualificatif pour la Coupe du Monde de la FIFA Qatar 2022, la Fédération Algérienne de Football (FAF) informe être destinataire, aujourd’hui 06 mai 2022, d’une correspondance de ladite commission dont voici la teneur : « Nous regrettons que, selon votre appréciation, les décisions des arbitres aient pu influer négativement sur le cours de la rencontre. Nous avons pris bonne note des éléments de votre courrier et nous pouvons d’ores et déjà vous garantir que l’ensemble des incidents survenus pendant le match ont été examinés avec soin par les deux arbitres « vidéo », conformément aux Lois du Jeu et au protocole d’assistance vidéo à l’arbitrage ."

 

Les Algériens déboutés !

 

Dans sa requête, la fédération algérienne s’était appuyée sur les nombreuses décisions discutables de l’arbitre de la rencontre Mr Bakary Gassama dans l’espoir d’obtenir gain de cause. Djamel Belmadi, le sélectionneur, avait même parlé d’un « dossier lourd » incriminant le Gambien. Il n’y avait finalement rien de concret. Du moins, c’est ce qu’a jugé la FIFA. En même temps, il était peu probable que celle-ci se prononce en faveur des Algériens vu l’absence d’un précédent du genre.

 

A noter que les Algériens peuvent toujours faire appel auprès de la commission d’éthique, voire même au niveau du TAS. Mais, le temps presse, et pas sûr que cette dépense supplémentaire de moyens et d’énergies aboutisse à quelque chose. Le mieux est de se faire une raison et commencer à préparer les éliminatoires de la CAN 2023, qui débutent en juin prochain.


 

>