Gianluigi Donnarumma, un nom avant le prénom

FEP / Panoramic

A croire que c’est le prénom qui veut ça. A l’heure où l’immense Gianluigi Buffon approche du crépuscule de sa carrière, son possible successeur débute de son côté la sienne. Si nul ne sait si le jeune Donnarumma atteindra le niveau de Buffon, le rempart milanais a déjà battu son illustre aîné sur un point : la précocité. A  seulement 16 ans et huit mois (contre 17 ans et neuf mois pour le Turinois), le natif de Castellammare di Stabia, petite ville de Campanie dans la province de Naples, a foulé pour la première fois les pelouses de Serie A. Face à Sassuolo le 25 octobre, Sinisa Mihajlovic, déçu des récentes prestations de Diego Lopez, décide de lancer dans le grand bain son portier de la Primavera. Résultat : le Milan retrouve le chemin de la victoire (2-1). Et Donnarumma affole toute l’Italie.

Un bijou à polir

"C'est un bijou pour Milan et le football italien."

Sinisa Mihajlovic

Trois rencontres plus tard, le bilan est plus que satisfaisant pour la pépite milanaise : depuis son intronisation dans le onze de départ, les Rossoneri ont obtenu deux autres succès (Chievo, Lazio), un match nul (Atalanta Bergame) et le club sept fois champion d’Europe est remonté à la sixième place du classement. L’effet Donnarumma ? Possible. « C'est un bijou pour Milan et le football italien. Il joue très bien. » La déclaration est signée de son coach, forcément comblé par ce pari pour le moment réussi d’envoyer au front cet adolescent de 16 ans, qui cumule déjà à 1,96m !

"Je veux devenir le portier titulaire de la Nazionale."

Gianluigi Donnarumma

De longs segments en guise de bras, des réflexes détonants sur sa ligne et une assurance rare pour son âge : dans la surface de réparation, « Gigio » comme il est surnommé, impressionne les observateurs. Le point décroché samedi dernier contre l’Atalanta (0-0) a mis en exergue les nombreuses qualités du tout jeune Gianluigi, appelé avec les U21 azzurrini pour la rencontre face à la Serbie demain. Une titularisation et il deviendrait le plus jeune joueur de l’histoire à débuter avec les Espoirs transalpins. Une nouvelle étape pour celui qui affirme, dans la presse italienne, vouloir «devenir le titulaire de la Nazionale. »

Dans la lignée des plus grands ?

Après Zoff, Toldo, Peruzzi et Buffon, la Botte s’est-elle trouvée un nouvel enfant chéri dans les buts ? Ce qui est certain, c’est qu’à Milan, le petit Gigio fait l’unanimité. Fan du club depuis sa jeunesse, l’AC Milan est affaire de famille chez les Donnarumma puisque le grand frère Antonio, gardien lui aussi, a officié sous la tunique rouge et noir chez les jeunes entre 2010 et 2012 avant d’être cédé au Genoa. Le petit frère a pour sa part gravit très vite les échelons depuis sa signature en Lombardie à 14 ans, au point que les Rossoneri demandent une dérogation spéciale l’an passé auprès de la fédération pour le faire s’assoir sur le banc de touche en qualité de troisième gardien. Si les risques d’une surmédiatisation sont bien réels (La Gazzetta dello Sport l’appelle « le portier du futur »), Donnarumma est unanimement reconnu à Milanello pour être un jeune homme intelligent. L’assurance d’une carrière fructueuse ?

L’engouement autour de Gigio est pourtant logique, encore plus dans une équipe qui s’échine depuis quelques années à trouver un dernier rempart digne de ce nom. Christian Abbiati, Marco Amelia, Marco Storari et maintenant Diego Lopez : depuis la retraite de Dida, la formation lombarde a accumulé les seconds couteaux et l’émergence de Donnarumma est de nature à ravir les supporters mais aussi la figure de proue du club, Silvio Berlusconi, qui annonce sans demi-mesure qu’il sera « le gardien du Milan pour 20 ans ».

Et quand on demande à son entraîneur Sinisa Mihajlovic s’il n’est pas trop jeune pour être le portier titulaire du grand AC Milan, le technicien serbe balaye la question d’un revers de main : « Je ne regarde pas l’âge, je me préoccupe seulement de savoir s’il est bon ou pas. Il s’entraine très bien et en ce moment, c’est celui qui me donne le plus de satisfaction, en qui j’ai le plus confiance. » Cette confiance, Gigio le lui rend bien. Et c’est toute l’Italie qui prit pour que cela continue.