Euro 2016 : La Russie se cherche encore

ITAR TASS / Panoramic

La qualification russe pour l’Euro n’a pas été un long fleuve tranquille, loin de là. Mal embarquée dans le groupe G en octobre dernier, la fédération décide de se séparer de Fabio Capello en cours de route pour introniser Leonid Slutsky, alors entraîneur du CSKA Moscou. Un poste que le technicien de 45 ans a d’ailleurs conservé après sa nomination.

Avec son nouveau coach, qualifié de « sauveur » par les médias du pays, la Sbornaya a redressé la barre pour terminer seconde derrière l’Autriche de David Alaba mais devant la Suède de Zlatan Ibrahimovic. Un résultat final encourageant pour une équipe dénuée de grande star depuis la mise à l’écart d’Andreï Arshavin en 2012.

Le choix de mettre le destin russe entre les mains de Slutsky a été de suite payant. Il a eu pour effet de remettre de l’ordre dans l’équipe nationale, vainqueur de quatre matchs consécutifs après son arrivée. Fort de son expérience avec le CSKA, l’entraîneur mise en grande partie sur l’effectif moscovite pour construire son groupe puisque pour cet Euro, on retrouve 8 joueurs du club de la capitale dans la liste des 23 sélectionnés.  Ainsi, le portier Igor Akinfeev (30 ans) et les défenseurs Vasily Berezutsky (33 ans) et Sergei Ignachevitch (36 ans), tous membres du CSKA, sont les garants de la patte Slutsky sur la défense.

Le reste du groupe se compose essentiellement de joueurs évoluant au pays avec la révélation du championnat Fedor Smolov (FK Krasnodar), le talentueux milieu créateur Alan Dzagoev (CSKA Moscou) et la principale arme offensive de la Sbornaya et artisan du redressement russe, Ardem Dzyuba (Zénit). En revanche, pas de Denis Cheryshev (Valence) sur les pelouses françaises puisque le milieu de 25 ans, touché à la cuisse, a dû déclarer forfait pour la compétition. Même chose pour Yuri Zhirkov (Zénit), blessé au tendon d’Achille.

Placée dans le groupe B avec l’Angleterre, le Pays de Galles et la Slovaquie, la Sbornaya s’attend à livrer un rude combat pour décrocher l’un des deux premiers tickets pour les huitièmes, ou au moins une place de meilleur troisième. Dans cette optique, le troisième et dernier match de poule contre les Dragons gallois sera sans nul doute déterminant.

Le joueur à suivre : Artem Dzyuba

Le géant russe (1m94) a sans conteste été l’un des grands gagnants de l’arrivée de Leonid Slutsky sur le banc de la Sbornaya. En froid avec Fabio Capello, l’avant-centre du Zénit a inscrit la bagatelle de huit buts durant les éliminatoires (dont un quadruplé face au modeste Liechtenstein), de quoi largement s’imposer à la pointe du 4-2-3-1 russe.

Formé au Spartak pour lequel il a évolué de 2006 à 2013, Dzyuba a vécu une ascension fulgurante ces derniers mois, « la meilleure période de ma carrière pour l’instant » confiait-il même cet hiver. Avec Saint-Pétersbourg, ses six buts en phase de poules de Ligue des champions ont marqué les esprits. Attaquant de surface et logiquement redoutable dans le jeu aérien, Dzyuba sera le fer de lance russe ces prochaines semaines à l’Euro. Une compétition qui pourrait définitivement marquer sa carrière et lui permettre de décoller vers un championnat plus huppé.

L'équipe type

La liste des 23

L'avis de la rédac'

A 24 mois de SON Mondial, la Russie doit montrer des progrès collectifs pour rivaliser avec les meilleures nations continentales.  Le travail entamé par Leonid Slutsky va dans ce sens et l’Euro sera un test grandeur nature pour la sélection russe, qui tentera tant bien que mal de s’extirper du groupe B.

La fiche de la Russie