Brésil - Casemiro : "Cette Coupe du monde sera totalement différente"


La pression sportive ne sera pas conséquente sur le Brésil lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Déjà qualifiée pour la compétition et en tête de la zone Amérique du Sud avec 35 points - 6 de plus que l'Argentine - la Seleção défiera l’Équateur, ce jeudi (22 heures) avant une autre rencontre prévue contre le Paraguay, le 2 février. Convoqué par son sélectionneur, Tite, Casemiro a évoqué le tournoi qui se disputera au Qatar, du 21 novembre au 18 décembre 2022. Aux yeux de l'actuel milieu de terrain du Real Madrid, la compétition sera différente.

"Nous serons au milieu de la saison"


"Cette Coupe du monde sera totalement différente, principalement en raison de la date à laquelle elle sera jouée. Pour nous qui sommes en Europe, la préparation sera totalement différente car nous serons au milieu de la saison. La fatigue sera différente car, bien sûr, nous n'aurons pas 40 ou 50 matches joués derrière nous. Ce sera une saison totalement différente, une Coupe du monde différente. Je ne saurais dire si le niveau sera supérieur ou non, car la préparation et le temps de repos seront plus courts. Vous gagnez d'un côté mais vous perdez de l'autre, ce sont les deux côtés de la médaille", a-t-il affirmé en conférence de presse.

Sélectionné à 59 reprises avec le Brésil - 4 buts - le joueur âgé de 29 ans a expliqué l'importance d'être dans un état optimal durant la durée de la compétition. "Il est très difficile de se prononcer sur la Coupe du monde car il y a au mieux sept matchs à jouer, et le plus important sera d'être en forme à ce moment-là. Le football est toujours une question de moments, et c'est pourquoi il est très difficile de savoir dans quelle forme nous serons au moment d'entamer cette Coupe du monde, et dans quelle forme se trouveront les autres équipes. Mais le football est une question de dynamique. Il n'y a que sept matchs, et celui qui arrive le mieux préparé mentalement, physiquement et techniquement gagne toujours la Coupe du monde. Quand vous disputez cette compétition, il n'y a pas de marge d'erreur", a-t-il analysé.


>