Bleus : L'Euro sera sans Elohim Prandi, grande incertitude pour Vincent Gérard

Guillaume Gille a mis fin au suspense. Victime d’une agression à l’arme blanche le 31 décembre alors qu’il avait été libéré par le staff tricolore pour passer le Nouvel An avec les siens, Elohim Prandi ne pourra pas défendre les couleurs de l’équipe de France à l’occasion du prochain championnat d’Europe, que les Bleus démarreront le 13 janvier prochain à Szeged avec un match face à la Croatie. « Vu ce qu'il vient de traverser, bien évidemment qu'Elohim Prandi n'est pas disponible pour disputer un Euro que ce soit physiquement, compte tenu de ses blessures, que mentalement », a ainsi déclaré le sélectionneur de l’équipe de France à l’occasion d’une visioconférence organisée en marge de la reprise de l’équipe de France ce dimanche à la Maison du Handball. Pour l’ancien adjoint de Didier Dinart, la donne est claire : « Le sportif passe au second plan ».

Grande incertitude pour Gérard


Alors que le staff tricolore a déjà dû composer avec les forfaits sur blessure de Nedim Remili puis de Luka Karabatic mais également aux contaminations par le coronavirus de plusieurs éléments, tels Nikola Karabatic ou Hugo Descat, la liste des absents pour le prochain Euro pourrait s’allonger avec le gardien de but Vincent Gérard. Le joueur du PSG Handball a manqué le début de la préparation en raison d’un deuil familial et la question de sa présence en Hongrie n’a pas encore été tranchée. « Il faut du temps pour imaginer si une porte pouvait potentiellement s’ouvrir. Les discussions sont toujours en cours, rien n'est acté de façon définitive, a déclaré à ce sujet Guillaume Gille. On connaît la qualité de Vincent et son attachement à l'équipe de France, mais on respecte aussi la période douloureuse qu'il traverse. » Alors que la délégation française doit rejoindre Szeged en début de semaine prochaine, « la discussion sera forcément actée dans les prochains jours » selon le patron des Bleus. Une telle absence mettrait en pleine lumière Wesley Pardin, Rémi Desbonnet et Kevin Bonnefoi.

>