Coupe de France : L'OL tient sa revanche

Reuters

Une demie pour respirer. Englué dans une série de trois matchs de rang sans victoire en Ligue 1, l’Olympique Lyonnais s’est offert une qualification pour le dernier carré de la Coupe de France en battant l’Olympique de Marseille (1-0) mercredi soir, au Groupama Stadium, au terme d’un match de très faible niveau. Houssem Aouar a permis aux siens de rejoindre Rennes et le PSG, avant une éventuelle qualification de Saint-Etienne à Epinal jeudi soir. L’OM n’avait de son côté pas les armes pour espérer quelque chose mercredi soir. Trop affaiblie, l’écurie d’André Villas-Boas a chuté pour la première fois depuis fin octobre et une élimination en 16emes de finale de la Coupe de la Ligue, à Monaco (2-1).

Ce sont deux équipes aux dynamiques diamétralement opposées qui s’affrontaient mercredi soir. D’un côté, l’OL et ses trois matchs de rang sans victoire. De l’autre, un OM qui n’avait plus perdu depuis fin octobre à Monaco (2-1), en 16emes de finale de la Coupe de la Ligue. Mais les deux Olympiques se sont entendus pour livrer un premier acte homogène… et d’une qualité très moyenne. Au milieu d’un enchaînement d’imprécisions techniques, les Phocéens ont eu un premier temps fort, marqué par deux situations chaudes pour Valère Germain (4eme, 20eme), une frappe lointaine non cadrée de Dimitri Payet (16eme), une tentative de Kevin Strootman captée par Anthony Lopes (18eme) ou encore un centre dangereux de Bouna Sarr (20eme).

Dembélé rate le coche

Les Gones, eux, ont dû attendre la 23eme minute et un coup franc de Moussa Dembélé contré par Strootman pour inquiéter Yohan Pelé, titulaire pendant que Steve Mandanda était ménagé. La température est montée d’un cran sur des centres d’Houssem Aouar et Kenny Tete qui, coup sur coup, n’ont pu être repris par Martin Terrier (30eme). Pas de quoi véritablement réchauffer une ambiance pas vraiment olympique dans les travées du Groupama Stadium.

Et ce n’est pas le retour des vestiaires qui a arrangé les choses. Hormis la sortie sur blessure de Lucas Tousart (51eme) – victime d’une béquille en première période – et une frappe contrée de l’excellent Maxence Caqueret (56eme), rien n’est venu casser la monotonie de cette rencontre durant vingt bonnes minutes après la reprise. Il a donc fallu un fait de jeu pour venir pimenter cette affiche décevante. Sur un centre de Terrier, Karl Toko-Ekambi a vu sa frappe être contrée par la main d’Hiroki Sakai (66eme). Après de longues secondes d’observation de la vidéo, l’arbitre a désigné le point de penalty. Mais Pelé a choisi le bon côté et empêché Moussa Dembélé d’ouvrir le score sur un penalty peu convaincant.

Aouar libère l’OL

Pour ne rien arranger au niveau de la rencontre, Dimitri Payet est sorti par précaution à un bon quart d’heure du terme (74eme). Puis, à dix minutes du terme, la lumière est venue d’Houssem Aouar. A l’issue d’une relance d’école, le numéro 8 rhodanien, parfaitement décalé par un Bertrand Traoré tout juste entré, a ajusté du droit un Pelé cette fois pas irréprochable. Un but extrêmement précieux qui fait beaucoup de bien à l’écurie du président Jean-Michel Aulas. Lyon est finaliste de la Coupe de la Ligue, demi-finaliste de la Coupe de France et huitième de finaliste de la Ligue des Champions. Ce qui aide, pour le moment, à faire oublier son classement en Ligue 1 et sa faible qualité de jeu.