Dortmund s’adjuge la Coupe devant Leipzig !

AI / Reuters / Panoramic

Aussi surprenant soit-il pour cette machine souvent comparée à Kylian Mbappé, Erling Haaland n'avait toujours pas remporté de titre majeur dans un grand pays de football. L’anomalie est réparée. Son Borussia Dortmund affrontait le RB Leipzig dans un duel alléchant en finale de la Coupe d'Allemagne,à l'Olympiastadion de Berlin. Deux outsiders solides, habitués à talonner le grand Bayern ces deux dernières années - l'ogre bavarois avait fait tomber le BvB la saison passée en finale un an après un sacre contre Leipzig. Bref, l'affiche avait de l'allure. Mais elle n'a pas offert le suspense escompté. Le talent individuel, supérieur chez les Jaune et Noir, en a décidé autrement.

 

Assistés par un grand Reus, Haaland et Sancho ont vite plié l'affaire

Parce qu'ils ne savent pas s'ils s'éterniseront dans la Ruhr, on a vite senti qu'Erling Haaland et Jadon Sancho avaient en tête d'immortaliser l'instant. Les deux stars offensives du Borussia se sont à peu près occupé de tout. L'ailier anglais a débloqué la situation dès la cinquième minute de jeu au terme d'une merveilleuse attaque rapide (0-1, 5e). Moins d'une demi-heure plus tard, c'est le cyborg norvégien qui a doublé la mise en profitant d'un service de Marco Reus avant de se jouer de Dayot Upamecano (0-2, 28e). Admirable de justesse, le capitaine Reus a distillé un nouveau caviar à la pause pour Sancho (0-3, 45e).

Leipzig, réaction trop tardive

Dans une configuration confortable, Dortmund pouvait voir venir. Le BvB a logiquement levé le pied au retour des vestiaires, là où Leipzig a jeté toutes ses forces pour recoller rapidement au score. Le but de l'espoir a toutefois tardé à venir. Il a fallu attendre la réduction du score d'Olmo, d'une frappe victorieuse, pour voir les hommes de Nagelsmann refaire surface (71e). La pression s'est encore accentuée mais Leipzig a manqué le coche, par même Olmo (75e) puis Nkunku (82e). L'affaire était réglée depuis longtemps, d'autant qu'Haaland a scellé le succès des siens en s'offrant un doublé à trois minutes de la fin (1-4, 87e). La génération dorée du Borussia Dortmund remporte donc ce titre symbolique pour matérialiser son passage dans la vitrine du club. En ces terres où le Bayern ne laisse que des miettes, c'est un soir qui fera date.


>