CAN 2019 : Le Nigeria ne revient pas pour rien !

Nigeria

Capitale : Abuja
Surnom : Les Super Eagles 
Sélectionneur : Gernot Rohr  
Palmarès : CAN : 3 (1980, 1994 et 2013)
Jeux Olympiques : 1 (1996) 

Cette fois, pas de mauvaise surprise pour leurs supporters : les Super Eagles seront présents pour le plus grand rendez-vous du continent africain. Incapables de se qualifier pour les éditions 2015 et 2017, après avoir remporté la coupe en 2013, les Nigérians sont de retour avec des grandes ambitions. « Nous sommes invaincus depuis le Mondial. L’équipe s’est bien comportée depuis un an avec de belles trouvailles comme notre arrière gauche (Jamilu Collins), Samuel Kalu, Samuel Chukwueze ou encore Odion Ighalo qui a retrouvé de la confiance. On a pratiqué un jeu offensif et on a été récompensés, s’est félicité Gernot Rohr, sélectionneur depuis 2016, dans une interview accordée à Goal. Si je vois des favoris ? Oui, l’Égypte. Mais aussi la Tunisie de Khazri et d’Alain Giresse, le Maroc, le Cameroun. Et on veut se mêler à cette lutte. » Une lutte qui se fera sans Kelechi Iheanacho, le grand absent de la liste, avec son petit but inscrit en 30 matchs de Premier League avec Leicester City. 


Sur le fil, le technicien franco-allemand est parvenu à convaincre John Obi Mikel, désormais à Middlesbrough, de revenir en sélection. Victor Moses n’a lui pas changé d’avis et laisse donc place dans les 23 à de très jolies promesses comme Chukwueze (voir plus bas), le Bordelais Samuel Kalu, l’ailier de Galatasaray Henry Onyekuru ou encore celui de Levante, Moses Simon. Gernot Rohr ne va donc pas manquer de choix au moment de concevoir son onze de départ, d’autant plus qu’Ahmed Musa sera toujours son arme offensive n°1 avec également l’expérimenté Odion Ighalo dans les parages. Optera-t-il pour un 4-3-3 comme lors des derniers matchs amicaux ? Ou tentera-t-il un 3-2-3-2 comme certains fans des Super Eagles l'espèrent ? On le saura dès la phase de poules, qui ressemble à une petite mise en jambe notamment face au Burundi et à Madagascar pour leur première participation. 


La hype Samuel Chukwueze a atteint son apogée au pays. Il suffisait de voir la réaction sur Twitter à l’annonce de la liste des 23 : la majorité des messages se félicitaient de la présence de l’ailier droit de 20 ans. La raison ? Son étonnante saison à Villarreal. Certes, ses statistiques ne sont pas fabuleuses avec 5 buts et 2 passes décisives en 26 matchs de Liga mais il a été l’un des membres importants du maintien sur le fil du Sous-Marin Jaune après une saison galère. Celui qui évoluait avec la réserve du club de la Province de Castellón il y a deux ans sera forcément surveillé de près par bon nombre de scouts cet été. Avant de s’envoler pour rejoindre sa sélection, il a été clair : il ne compte pas quitter Villarreal la saison prochaine. Souvent comparé à Arjen Robben en Espagne, Chukwueze ne sera pas assuré d’une place dans le onze de Gernot Rohr en Egypte mais il en a en tout cas le potentiel ! Et cela ne serait pas étonnant qu’il soit l’une des révélations de cette édition 2019. 

Vingt-cinq ans, c’est le temps qu’il a fallu au gouvernement nigérian pour honorer sa promesse envers Clemens Westerhof. En 1994, le Nigeria avait remporté sa deuxième Coupe d’Afrique des Nations avec le Néerlandais à sa tête après une 3ème place en 1992 et une finale perdue en 1990. Sani Abacha, le président de l’époque, avait alors promis une maison aux joueurs victorieux et aux membres de la Fédération nigériane de football. Seuls quelques-uns avaient pu en bénéficier. Ce n’était pas le cas de Westerhof jusqu’à il y a quelques jours. En effet, Babatunde Raji Fashola, l'actuel ministre du Logement, vient de lui remettre le document administratif lui octroyant la maison promise.

« Il a fallu beaucoup de temps, mais je suis heureux que ma seconde patrie ait tenu la promesse qu'elle m'avait faite, s’est réjoui l’ancien entraîneur, désormais âgé de 79 ans, selon des propos rapportés par la BBC. Je dis toujours que le Nigeria m'a tout donné en tant qu'homme et en tant que sélectionneur. Vous voyez que je n'avais pas tort. Je remercie tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce projet. » Une belle récompense alors que cinq vainqueurs de cette épopée nigériane de 94 sont décédés depuis : Uche Okafor, Thompson Oliha, Rashidi Yekini, Wilfred Agbonavbare et Stephen Keshi, ancien capitaine de l’époque et l’un des prédécesseurs de Gernot Rohr à la tête des Super Eagles. 

 


Gardiens : Daniel Akpeyi (Kaizer Chiefs), Ikechukwu Ezenwa (Katsina United), Francis Uzoho (Anorthosis Famagusta)
Défenseurs : Olaoluwa Aina (Torino), Chidozie Awaziem (Rizespor), Leon Balogun (Brighton and Hove Albion), Jamilu Collins (Paderborn), William Troost Ekong (Udinese), Kenneth Omeruo (Leganes), Abdullahi Shehu (Bursaspor)
Milieux de terrain : Oghenekaro Etebo (Stoke City), John Obi Mikel (Middlesbrough), Ahmed Musa (Al Nassr), Wilfred Ndidi (Leicester City), John Ogu (Hapoel Be'er Sheva)

Attaquants : Samuel Chukwueze (Villarreal), Odion Ighalo (Shanghai Shenhua), Alex Iwobi (Arsenal), Samuel Kalu (Girondins Bordeaux), Paul Onuachu (Midtjylland), Henry Onyekuru (Galatasaray), Victor Osimhen (Charleroi), Moses Simon (Levante)