CAN 2019 : Bilan de la phase de poules

Reuters

On a aimé

C’est LA grosse satisfaction de cette phase de poules. En trois matchs, l’Algérie a clairement redoré son blason. La copie des Fennecs est tout simplement parfaite : trois matchs, trois victoires, six buts marqués, zéro encaissé. What else ? Sous la houlette d’un Djamel Belmadi en parfait maître de cérémonie, l’Algérie a déroulé et ne peut plus se cacher. Les Fennecs sont désormais les favoris de cette compétition. Le sélectionneur algérien s’est même payé le luxe de faire tourner face à la Tanzanie avec à la clé une victoire 3-0 pleine de panache. Beaucoup de confiance, une équipe bien rodée et fournie, un coach respecté : tous les voyants sont au vert pour « El Khadhra ». 

L’Algérie n’est pas le seul pays du Maghreb à avoir brillé durant cette phase de poules. On peut en dire autant du Maroc. A la différence près que les Lions de l’Atlas ont été beaucoup plus poussifs à obtenir leurs victoires. Un « csc » heureux de la Namibie à la 89e minute lors du premier match, une victoire 1-0 contre la Côte d’Ivoire, un succès arraché à la 90e minute contre l’Afrique du Sud : les Lions de l’Atlas ont fait un sans-faute dans la douleur. Toujours est-il que les hommes de Hervé Renard sont sur leur lancée. A savoir une équipe sûre de ses forces et qui peut se reposer sur un bloc équipe extrêmement compliqué à bouger. En Coupe d’Afrique des Nations, cette seule qualité suffit souvent à soulever le trophée. 

Ce n’est pas une surprise mais les Pharaons ont confirmé qu’ils seront très durs à éliminer. Les coéquipiers de Mohamed Salah ont également réalisé un sans-faute avec trois victoires et zéro but encaissé. Devant un stade acquis à leur cause, les hommes de Javier Aguirre ont pu tranquillement se mettre en jambe et prendre confiance. En 8es de finale, les Pharaons affronteront l’Afrique du Sud, ce qui devrait être une formalité tant les Bafana Bafana ont déçu en phase de poules. 

Soyons honnêtes, cette première CAN à 24 équipes et en été a commencé bien timidement. Les amateurs de football africain n’ont pas eu beaucoup l’occasion de s’extasier sur le jeu proposé ou sur les buts inscrits. Heureusement néanmoins que le Mali était là pour alimenter le Top buts de la compétition. En plus d’une phase de poules très convaincante, les Aigles du Mali se sont distingués avec quelques buts splendides. Face à la Mauritanie, Abdoulaye Diaby et Adama Traoré ont régalé avec deux très belles frappes. Face à l’Angola mardi, c’est Amadou Haidara qui s’est essayé au jeu du pétard avec autant de succès. Le Mali est dans une bonne spirale, à lui d’en profiter contre la Côte d’Ivoire. 

On n’a pas aimé

Que serait une CAN sans bourde de gardien ? Cette édition égyptienne n’a pas échappé à la règle. Les gardiens de certaines sélections ont eu beaucoup de mal à rentrer dans la compétition. On pense notamment à la Tunisie qui n’a pas été gâtée avec deux erreurs commises par Farouk Ben Mustapha (contre l’Angola) et Mouez Hassen (contre le Mali). Que dire du portier zimbabwéen Elvis Chipzeze qui a littéralement sombré face à la RD Congo, étant fautif sur trois des quatre buts. Le gardien mauritanien a également failli commettre l’irréparable face à l’Angola suite à une sortie hasardeuse. De son côté, Sylvain Gbohouo, gardien de la Côte d’Ivoire, a remis en selle la Namibie sur un dégagement totalement manqué. 

Tous les gros du continent sont au rendez-vous des 8es. Certains gros poissons ont néanmoins déçu, frôlant l’élimination prématurée. C’est notamment le cas de la République Démocratique du Congo. En dépit d’un onze très prometteur, les Léopards ont déjoué. Une défaite surprise contre l’Ouganda pour commencer puis un autre revers face à l’Egypte ont failli condamner les hommes de Florent Ibenge. Ces derniers se sont ressaisit face à une équipe du Zimbabwe désunie (4-0). Un succès qui a permis à la RDC de soigner sa différence de buts et de se qualifier en tant que meilleur troisième avec trois points.

La Tunisie a également été la grande déception de cette phase de poules. Les Aigles de Carthage, si séduisants en préparation (trois succès notamment une victoire contre la Croatie), ont perdu leurs moyens. Trois matchs, trois résultats nuls et surtout un fond de jeu inexistant. Les hommes du décrié Alain Giresse se qualifient en terminant deuxièmes derrière le Mali presque miraculeusement. Face au Ghana en 8es de finale, la donne sera différente et une réaction est attendue par tout un peuple.   

On s’y attendait un peu : les stades égyptiens sont loin d’afficher complet. Hormis les matchs des Pharaons et ceux de l’Algérie, les écrins sonnent creux. Les matchs en pleine journée sous un soleil de plomb n’ont évidemment pas arrangé le problème. Au bout du compte, 80 % des matchs de la phase de poules sont disputés dans une ambiance clairsemée sans réel engouement. Au regard des affiches des 8es de finale (Nigeria-Cameroun, Mali-Côte d’Ivoire, Tunisie-Ghana ou encore Algérie-Guinée), la situation pourrait bien s’améliorer. 

Ils nous ont surpris

Sans aucune contestation possible, le tube de cette CAN 2019 est, pour le moment, Madagascar. Et comment ne pas tomber sous le charme des Barea après leur époustouflante phase de poules ? Pour leur première participation à une Coupe d’Afrique des Nations, les hommes du méconnu Nicolas Dupuis ont frappé très fort. Deux victoires, un nul, une qualification en terminant en tête du groupe : les coéquipiers de Lalaina Nomenjanahary ont séduit l’Afrique. Surtout, on retiendra cette victoire historique 2-0 face au Nigeria, pourtant un des favoris de la compétition. Les joueurs malgaches ont proposé du jeu et ont été récompensés. En 8es de finale, ils affronteront la RD Congo. L’occasion est belle pour se hisser en quarts de finale. 

« Tout autre résultat qu’une qualification pour les 8es de finale serait très certainement vécu comme un échec pour cette équipe au potentiel certain. » Voilà ce que l’on disait au sujet de l’Ouganda lors de nos articles de préparation. Mission accomplie pour les Grues. Les coéquipiers de l’excellent Farouk Myia ont terminé deuxièmes du groupe et ont surtout marqué les esprits après leur jolie victoire 2-0 contre la RD Congo. Face à l’Egypte, l’Ouganda n’a pas démérité, se créant quelques occasions avant de céder. En 8es de finale, la mission s’annonce compliquée face au Sénégal mais les espoirs sont permis.