Bundesliga : Dortmund, toujours placé, rarement gagnant...

Reuters

Au moment de partir avec les différentes sélections, les joueurs du Borussia Dortmund auraient certainement aimé quitter leur club d’une autre manière. Lors d’une 11eme journée ô combien importante, les hommes de Lucien Favre ont clairement mordu la poussière face au rival du Bayer Munich, pourtant en pleine crise institutionnelle. Mais comme à chaque fois qu’ils sont attendus, les Marsupiaux déjouent et subissent une vraie leçon de football des Munichois. Avec désormais 6 points de retard sur le Borussia Mönchengladbach, le BvB est déjà distancé même si la Bundesliga n’a jamais semblé aussi serrée que cette saison. Contre Paderborn ce vendredi, Dortmund est dans l’obligation de gagner face à la lanterne rouge, s’il veut continuer à espérer mettre fin à une disette qui dure depuis 2013.

La culture de la gagne du Bayern


La saison dernière aurait dû être la fin de cette longue série mais le Borussia a clairement craqué dans le sprint final. Comme début novembre, le club de la Rhur était attendu au tournant face au Bayern Munich. Avec seulement 6 journées à jouer après le Klassiker, le vainqueur avait de grandes chances de remporter la Bundesliga. Et une fois de plus le Borussia s’est écroulé. Le 5-0 infligé par les coéquipiers d’alors de Franck Ribéry n’est que le tarif des matchs joués à l’Allianz Arena. Les trois derniers matchs de championnat joués entre les deux équipes en Bavière se sont soldés par 14 buts bavarois… contre 0 pour Dortmund. Dans l’aspect psychologique, le Bayern Munich, usine à gagner, a de nombreux coups d’avance et ce complexe renvoie également à un manque d’expérience.

Un manque d’expérience et de rigueur


Si le Borussia Dortmund n’a pas été champion la saison dernière, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Peut-être un peu trop sûr d’eux, les coéquipiers de Marco Reus ont souvent perdu des points bêtement et continuent à le faire cette saison. Contre Fribourg ou Francfort, ils se sont fait rejoindre dans les derniers instants de la partie alors que le club avait le match en main. Résultat les quatre points perdus coûtent déjà chers quand on se fie au classement. Quand le Bayern peut compter sur Manuel Neuer ou Thomas Müller pour hausser la voix, le rival manque clairement de leader. Capitaine, Marco Reus est avant tout un leader technique quand les blessures le laissent tranquille. Revenu à la maison, Mats Hümmels a la carrure pour ce costume de patron mais avec une moyenne d’âge de 25 ans, dur de faire comprendre raison à certains.

Dortmund vu comme un tremplin


Le cas Jadon Sancho est d’ailleurs le parfait exemple de la politique mise en place ou subi au Signal Iduna Park depuis les années Jurgen Klöpp. Le sixième actuel de Bundesliga n’a clairement pas pour but d’avoir une équipe performante sur la durée. Lewandowski, Gotze, Nahin et bien d’autres ont utilisé le BvB comme un tremplin avant d’aller toucher à plus haut avec plus ou moins de réussite. Les Borussen sont redevenus une place forte du football allemand après avoir été proche de la faillite mais savent finalement à quoi s’en tenir. Une sorte de post-formation d’excellence avec des joueurs pétris de talent mais dont l’histoire d’amour avec le Mur Jaune ne durera qu’un temps. Inconnu du grand public il y a encore un an, Sancho rêve désormais du gratin européen comme bon nombre de ses prédécesseurs. Difficile dans ce cas-là pour Lucien Favre de faire des miracles sur du long terme…

Le Bayern terrasse le Borussia: