NBA : Les Hawks toujours en haute altitude ?

Reuters

Contexte et attentes

Qui aurait parié sur une place de leader des Hawks en fin de saison régulière ? La réponse : personne. Personne en effet n’aurait imaginé que la franchise de Géorgie puisse caracoler de bout en bout en tête de la Conférence Est, rivalisant avec les grosses cylindrées que sont les Cavaliers ou les Bulls. C’est pourtant ce qu’ont accompli les joueurs de Mike Budenholzer. Elu entraîneur de l’année, l’ancien adjoint de Gregg Popovich aux Spurs a sublimé le collectif de l’équipe (seconde meilleure formation au nombre de passes décisives) en s’appuyant sur une colonne vertébrale Horford-Millsap-Teague.

Les trois hommes, All Star en 2015, ont hissé Atlanta au meilleur bilan de son histoire (60-22). Le second a d’ailleurs prolongé cet été pour 59 millions de dollars sur trois ans. Autour de ce trio, c’est une armée de role players efficace, Kyle Korver en tête, qui a élevé son niveau de jeu pour déjouer les pronostics et décrocher une finale de Conférence. La réalité et Cleveland ont finalement rattrapé les rêves de gloire des Hawks, balayés 4-0 par les Cavs.

Pour cet exercice, Atlanta va devoir apprendre à faire sans son leader de la défense DeMarre Carroll. L’ailier a plié bagage direction le Canada et Toronto et pour le remplacer, les dirigeants n’ont pas recruté de grands noms même si Thiago Splitter (San Antonio) et Tim Hardaway Jr. (New York) apportent une plus-value non négligeable à un groupe qui vise ni plus ni moins qu’une nouvelle finale de Conférence. Sans forcément pourvoir espérer aller plus loin.

Le joueur à suivre

Sélectionné pour la première fois de sa carrière lors du match des étoiles, Jeff Teague est l’archétype du meneur collectif. Une denrée rare dans la NBA d’aujourd’hui. Sur le parquet, le meneur de 27 ans est un petit général qui distribue la balle efficacement sans jamais trop en faire.

Excellent sur pick and roll, Teague se trouve parfaitement avec Horford et peut aussi bien organiser le jeu sur demi-terrain qu’évoluer en transition et attaque rapide. Pour voir les Hawks squatter les sommets à l’Est, il faudra un Jeff Teague au moins au même niveau que celui montré l’an passé.

Le cinq de départ

Deux changements comparés au cinq de l’an dernier puisque le départ de Carroll entraîne le décalage de Korver de l’arrière à l’aile et permet à Bazemore de s’octroyer une place de titulaire. Une modification qui ne devrait pas empêcher Korver de continuer à scorer de loin (49.2 % à 3-pts !). Pour Bazemore, son rôle sera de contrôler la ligne extérieure adverse et de faire oublier le nouveau joueur des Raptors. Un challenge délicat tant son prédécesseur était d’une efficacité rare en défense.

Paul Millsap et Al Horford composent toujours la peinture des Hawks. Tous deux capables de tirer de loin, ils ont pour eux un QI basket très développé et de très belles dispositions près du cercle. Malheureusement, ils ont souvent été en difficulté au rebond l’an passé et le recrutement de Splitter a pour but de combler ce déficit.

Aligné avec l’Allemagne à l’Eurobasket, Denis Schröder est forcément attendu sur le banc pour pousser Teague dans ses derniers retranchements et pourquoi pas s’accaparer une place dans le onze de départ. Brillant à la passe, l’Allemand n’est en revanche pas doté d’un shoot très fiable derrière la ligne (35% à 3-pts) et doit travailler sur cet aspect de son jeu s’il veut espérer concurrencer le titulaire en place. On retrouvera avec lui sur le banc Tim Hardaway Jr., qui tentera de se relancer après une saison terne aux Knicks, mais aussi les dévoués Mike Scott et Shelvin Mack ainsi que Thabo Sefolosha, remis de sa blessure subie lors d’une arrestation musclée à New York et ardent défenseur sur les postes 2-3.

Notre verdict : 3ème de la Conférence Est

L’effet de surprise dissipée, on imagine les adversaires des Hawks mieux préparés et donc Atlanta un poil plus bas qu’en 2015. L’équipe n’a pas trouvé de successeur au précieux DeMarre Carroll et cela pourrait coûter quelques victoires à la franchise au faucon, plus que jamais attendue au tournant à l’Est.

Les Rockets volent à découvert

Les Wizards dans l'attente

San Antonio à la relance

Les Raptors pour griffer plus fort

Memphis, parole à la défense

Miami prêt à s'enflammer

Décollage imminent pour les Pelicans ?

Les Bucks de chassés à chasseurs

Sacramento dans la lumière ?

Des Celtics au rupteur ?

Utah, en défense toute !

Les Pacers sont revanchards

Dallas prépare sa transition

Les Hornets pour une piqûre de rappel

Les Lakers au rebond

Des Nets dans le flou

Les Suns marchent à l'ombre

Enfin du mieux chez les Knicks ?

Les Wolves ont les crocs

Les Pistons toujours dans la grisaille

Denver part de très loin

Décollage retardé pour le Magic ?

L'an I des Trail Blazers

Fini la médiocrité pour les 76ers ?


>