NBA: Houston met KO Utah, Golden State sonné

Reuters

Il faudra encore attendre pour assister dès les demi-finales de conférence Ouest au très attendu choc entre Houston et Golden State.

Et cette attente pourrait même se compter en mois et non en jours: car si les Rockets ont décroché, sans vraiment convaincre, la quatrième victoire décisive (100-93) face au Jazz, les Warriors ont gaspillé une première balle de match (129-121) au terme d'un match qui a de quoi inquiéter leurs supporters.

Houston qui aligne l'une des attaques les plus efficaces et spectaculaires de NBA, a eu raison d'Utah grâce à sa défense.

James Harden, meilleur marqueur du Championnat 2018-19 et prétendant à un second trophée consécutif de meilleur joueur NBA (MVP), a été limité à 26 points.

Mais "The Beard" (littéralement la barbe) a fait la différence avec deux interceptions cruciales dans le "money time" alors qu'Utah, porté par Ricky Rubio (17 pts), était revenu à un point (93-92).

"On n'a pas réussi autant de tirs qu'on le voulait, mais les derniers matches, on les a gagnés en défense", a insisté Harden.
                  
Mitchell craque                   
                  
Les Rockets ont fini la rencontre avec 12 interceptions et 12 contres et n'avaient plus atteint les dix unités et plus dans ces catégories de statistiques depuis... 1994, l'année de leur premier titre.

Utah, éliminé il y a un an en demi-finales de conférence par ces mêmes Rockets, a craqué face à l'expérience de Houston.

Ses deux principaux atouts, Donovan Mitchell et Rudy Gobert, n'ont pas eu leur impact habituel: le premier a été limité à 12 points avec un famélique 4 sur 22 au tir, le second a fini la rencontre avec neuf points et dix rebonds.

La défense aussi a été la clef de l'autre match de la soirée entre Golden State et les Clippers.

Mais ce sont cette fois les lacunes dans ce domaine qui ont coûté cher aux Warriors qui mènent toujours, trois victoires à deux.

"Ils avaient plus d'énergie que nous et nous n'avons pas bien défendu. Or en play-offs, ce sont les défenses qui font la différence", a rappelé Steve Kerr.

L'entraîneur des Warriors a rapidement senti que son équipe n'était pas dans le coup, même si elle a bouclé la première période en tête (41-37).

"Dès le début, j'ai vu qu'on n'était pas bien en place, qu'on ne rivalisait pas eux au niveau de l'intensité et de l'envie", a-t-il regretté.
                  
45 points pour Durant                  
                  
"Je pensais vraiment qu'on allait mieux jouer, mais plus rien ne me surprend dans cette saison où rien ne se pase vraiment dans la facilité", a souligné Kerr.

Kevin Durant a pourtant marqué 45 points en 41 minutes de jeu, mais ses coéquipiers, à l'image de Stephen Curry (24 pts, 7 sur 15 au tir), ont cruellement manqué de réussite et d'allant.

A l'inverse, les Clippers qui n'ont plus le droit à l'erreur, étaient survoltés.

Ils ont fait la différence en seconde période dans le sillage de Lou Williams (33 pts) et de Danilo Gallinari (26 pts).

Même lorsque les Warriors sont repassés en tête (118-117) pour la première fois depuis le 2e quart-temps à moins de trois minutes de la sirène, les joueurs de Doc Rivers ont gardé leur calme et ont vite repris l'ascendant, cette fois définitivement.

"Pour gagner contre une équipe comme Golden State, il faut jouer pendant 48 minutes à 100% et c'est ce qu'on a fait ce (mercredi) soir", a souligné Williams.

Son entraîneur, l'expérimenté Doc Rivers, refuse de s'emballer: "Golden State mène toujours, mais j'ai vraiment aimé le comportement de mon équipe, elle a joué comme elle sait le faire", a-t-il noté, avant de donner rendez-vous pour le match N.6 vendredi à Los Angeles.